Apple Plan revient dans la course

| 9 juillet 2018

Catégorie: A l'actu, Cartographie, Entreprises, Grand public, Logiciels, Mobilité

Actuellement testée dans la baie de San Francisco, la nouvelle version d’Apple Plan (Apple Maps en anglais) marque le retour de la firme à la pomme dans la course aux services de cartographie mobile. Eddy Cue, le nouveau patron de la division, a fait le grand ménage.

Apple Plan avant/après

(images extraite de l’article TechCrunch)

Exit les services cartographiques externes tels que TomTom ou OpenStreetMap, Apple a décidé de se débrouiller seul ! Il faut dire que depuis son lancement en 2012, chaque fois que l’application a fait la une, c’était plutôt en mode critique.

Revirement stratégique

Mais depuis quatre ans, Apple a complètement revu sa stratégie, comme le détaille Eddy Cue dans un long entretien à TechCrunch. Pourquoi un tel revirement ? En 2012, Apple a voulu sortir un service de guidage cartographique et a donc fait avec les moyens des autres, tant bien que mal assemblés (et plutôt mal que bien). Mais depuis, l’entreprise a compris que les données et les fonctions de l’application pouvaient avoir d’autres usages (véhicules autonomes, réalité augmentée…). De plus, cette indépendance va permettre d’assurer des mises à jour bien plus rapides et efficaces, sans avoir à gérer les rythmes de ses partenaires.

Vans, satellites, iPhones…

Côté organisation, Apple a lancé dès 2015 des véhicules bardés de capteurs sur les routes américaines : un GPS, une centrale inertielle, quatre lidars et huit caméras… offrent une vue complète de l’environnement traversé, nuage de points compris. Combien de véhicules sont en circulation et en combien de temps auront-ils couvert le réseau routier du monde entier ? L’article ne le précise pas. Par contre, il donne force détails sur les équipements internes et sur la manière dont les équipes d’Apple associent intelligence artificielle et humaine pour constituer les cartes, les points d’intérêt, trouver les bonnes entrées des immeubles, etc.

Les Apple vans ? Des véhicules bardés de capteurs, des données enregistrées sur cartes SSD et un système de cartographie piloté par un simple iPad.

Les Apple vans ? Des véhicules bardés de capteurs, des données enregistrées sur cartes SSD et un système de cartographie piloté par un simple iPad.

Si les véhicules vont fournir une forme de « vérité terrain », d’autres sources sont également exploitées : images satellites haute résolution, bases de données des collectivités et des autorités locales, etc. Apple utilise en outre les données fournies par le milliard d’utilisateurs d’iPhones. En récupérant la géométrie et la vitesse de segments de routes (chaque segment ayant son identifiant, il est impossible de récréer un parcours, les données sont donc anonymes dès le départ), Apple va pouvoir détecter rapidement de nouvelles routes, enrichir les propositions de parcours piétons, etc.

La nouvelle version de l’interface, qui sera déployée peu à peu au fil des constitutions de couches de base, ne change pas radicalement. Elle inclut plus de détails sur la végétation, les piscines, prend plus de 3D en charge et va proposer une vision des panneaux plus proche de la réalité (adaptation au contexte de chaque pays).

Arrivée en France à une date non communiquée…

Imprimer cet article Imprimer cet article

Tags:

Signaler un contenu

Les commentaires sont fermés

No Banner to display

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Accept Cookies
x