Enquête sur quelques évolutions récentes des infrastructures de données géographiques

| 19 janvier 2018

Catégorie: A l'actu, Données, IDG/IDS, Recherche

La dernière enquête du projet de recherche GEOBS sur le fonctionnement des IDG révèle quelques évolutions techniques, thématiques et stratégiques.

Coordonné par le CNRS (laboratoires Passages-Bordeaux et LETG-Brest) et financé par la région Nouvelle-Aquitaine, le projet de recherche GEOBS s’intéresse à la circulation de l’information géographique et à ses usages par les pouvoirs publics. Dans ce cadre, il s’intéresse de près au fonctionnement des infrastructures de données géographiques (IDG) par plusieurs approches : les usages, les données, mais également leur fonctionnement.

Sur ce dernier sujet, une première enquête a été menée en 2015 auprès de 45 responsables d’IDG nationales et régionales. Il s’agissait d’en identifier les fonctionnalités, les actions d’animation, les cibles et les objectifs. Une nouvelle enquête a été menée début 2017 auprès des mêmes acteurs, à quelques changements près, Loi Notre et fragilité des structures obligent. Le premier rapport d’analyse fait ressortir quelques points d’évolution intéressants.

Le changement dans la continuité

Au cours des deux dernières années, les évolutions techniques ont été nombreuses pour les IDG régionales, notamment sur les plateformes techniques (nouvelles versions de PRODIGE, de GeOrchestra…). Le catalogage semble également subir quelques changements avec la montée en puissance de la plateforme data.gouv.fr en termes de moissonnage.

Côté animation, les actions de communication se renforcent, avec un accent mis sur l’organisation de manifestations et la constitution du réseau de partenaires.

Comme en 2015, les IDG animent en moyenne 5 à 6 pôles métiers (moins pour les nationales, plus pour les régionales). Mais derrière ce nombre stable, se cachent des sujets différents. Alors qu’en 2015, les pôles dédiés aux aspects techniques, à l’interopérabilité et aux référentiels étaient majoritaires, ce sont maintenant les aspects thématiques qui prennent le dessus. En tête de gondole : l’occupation des sols, l’acquisition mutualisée, l’urbanisme, l’environnement, l’adresse et bien sûr, l’open data.

Les thèmes des groupes de travail animés par les IDG évoluent

Les thèmes des groupes de travail animés par les IDG évoluent

Les publics cibles restent stables. Les IDG nationales visent prioritairement les services de l’État, tandis que les régionales, se concentrent sur trois sphères : les services de l’État, les collectivités et les établissements publics. Mais apparaissent pour ces dernières de nouveaux « clients » : les entreprises privées.

Les publics cibles des IDG en 2017

Les publics cibles des IDG en 2017

Pour en savoir plus :

Première synthèse des résultats : Enquête 2017 auprès des coordinateurs des infrastructures de données géographiques en France par Adeline Maulpoix, Matthieu Noucher, Olivier Pissoat, Grégoire Le Campion, Françoise Gourmelon, Pierre Gautreau. Projet GEOBS. Octobre 2017.

 

Imprimer cet article Imprimer cet article

Tags: , ,

Signaler un contenu

Les commentaires sont fermés

No Banner to display

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Accept Cookies
x