Géodata de demain : l’Ordnance Survey et Mobileye signent un partenariat

| 9 janvier 2019

Catégorie: A l'actu, Cartographie, Contrats, Entreprises, Institutions, Mobilité, Réseaux/Transports

Au CES de Las Vegas, l’Ordnance Survey (OS), l’agence cartographique britannique, annonce la signature d’un accord de partenariat avec Mobileye, la filiale d’Intel et spécialisée dans les systèmes de vision par ordinateur pour les véhicules.

L'accord entre Mobileye et l'Ordnance Survey a été signé le 7 janvier au CES de Las Vegas (© Ordnance Survey)

L’accord entre Mobileye et l’Ordnance Survey a été signé le 7 janvier au CES de Las Vegas (© Ordnance Survey)

Avec ses logiciels d’interprétation en temps réel et sa caméra EyeQ, Mobileye fait partie des entreprises très prometteuses pour le futur véhicule autonome. Intel ne s’y est pas trompé qui a déboursé 15 milliards de dollars en 2017 pour racheter la PME israélienne, qui équipe déjà de nombreux véhicules de systèmes anticollisions. L’accord passé par l’Ordnance Survey a pour objectif de coupler les géodata de l’institut avec les données temps réel acquises par les systèmes Mobileye.

Pourquoi et comment ?

Tout d’abord, en équipant les véhicules de l’Ordnance Survey de caméras Mobileye, les bases de données telles que l’OS MasterMap (un peu l’équivalent de notre RGE) vont s’enrichir de toutes sortes d’informations sur les routes (signalisation notamment). Mais les données acquises par tous les véhicules circulant en Grande-Bretagne (une fois anonymisées bien sûr), amélioreront la qualité des données officielles et aideront l’institut à proposer de nouveaux services. Une géolocalisation précise de leur patrimoine intéressera certainement les utilisateurs de géodata dans les domaines des infrastructures et des réseaux par exemple. Pour Mobileye, c’est également l’occasion d’étendre sa proposition de valeur en associant données géographiques et vision temps réel, franchissant un pas de plus dans l’automatisation du guidage. C’est également un moyen de générer des revenus sur des marchés moins lointains et hypothétiques que ceux du seul véhicule autonome, comme l’entreprise l’a déjà fait en s’associant à Esri il y a un an.

Le communiqué de presse en anglais sous ce lien.

Imprimer cet article Imprimer cet article
Signaler un contenu

Les commentaires sont fermés

No Banner to display

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Accept Cookies
x