La « vision radar » d’Airbus Defence and Space équipera les deux nouveaux satellites Sentinel-1

| 15 décembre 2015

Catégorie: Communiqués, Contrats, Satellite/Spatial

– Airbus Defence and Space signe un contrat de 143 millions d’euros avec Thales Alenia Space
– Ces nouveaux Sentinel vont prolonger les services offerts par le programme Copernicus au-delà de 2029

Airbus Defence and Space, numéro deux mondial de l’industrie spatiale, a signé un contrat d’un montant de 143 millions d’euros avec Thales Alenia Space portant sur deux instruments radar spatiaux supplémentaires au profit du programme Copernicus. Sentinel-1C et Sentinel-1D embarqueront le sous-système d’antenne radar à synthèse d’ouverture (SAR), dérivé quasiment intégralement de celui qui équipe les actuels satellites Sentinel-1. Les nouveaux satellites et leurs instruments garantiront la continuité des données radar offertes par le programme Copernicus sur les 15 prochaines années.

La mission Sentinel-1 représente la partie radar de Copernicus, une l’initiative conjointe de la Commission européenne et de l’Agence spatiale européenne (ESA). Auparavant connu sous le nom de GMES, Copernicus est un programme consacré à la fourniture de services d’information dédiés à l’Environnement et à la sécurité. Ce programme repose sur des données d’observation transmises par des satellites d’observation de la Terre, et sur des informations d’origine terrestre.
Grâce à sa capacité d’imagerie indépendante des conditions météorologiques, de jour comme de nuit, et à sa fréquence de revisite particulièrement courte, Sentinel-1 et son instrument SAR ont considérablement augmenté la quantité de données fournies aux utilisateurs. Les informations sont transmises de manière systématique pour la surveillance maritime et terrestre, les interventions d’urgence, le changement climatique et les missions de sécurité.
La mission Sentinel-1 comprend une capacité d’imagerie en bande C dans quatre modes d’imagerie exclusifs, avec plusieurs résolutions (jusqu’à 5 m) et zones de couverture (jusqu’à 400 km) possibles. Elle offre une double polarisation, des fréquences de revisite très courtes et une livraison rapide des produits. Pour chaque observation, des mesures précises de la position et de l’attitude des satellites sont disponibles.

Les équipes d’Airbus Defence and Space fabriquent et testent l’immense antenne radar (12,3 m x 0,9 m) des satellites Sentinel-1 à Friedrichshafen (Allemagne), tandis que le sous-système électronique est conçu et réalisé à Portsmouth (Royaume-Uni). Pour sa part, Thales Alenia Space fournira les modules de réception/transmission (T/R) et l’électronique frontale.

Lancé le 3 avril 2014, Sentinel-1A sera rejoint par son jumeau Sentinel-1B en avril 2016. Ensemble, ils formeront l’Observatoire radar européen. La constellation couvrira alors chaque semaine les masses terrestres du monde entier, ainsi que, chaque jour, la banquise, les régions côtières et les voies maritimes d’Europe. Les zones de haute mer seront couvertes en permanence grâce à un recueil de photo-vignettes.

Depuis le 30 novembre 2015, près de 15 000 utilisateurs se sont inscrits sur le site « Sentinels Scientific Data Hub » et ont effectué plus de 2,6 millions de téléchargements de données. Environ 333 000 produits de données de Sentinel-1A sont disponibles en ligne.

FacebookTwitterGoogle+PinterestLinkedInTumblrViadeo
Imprimer cet article Imprimer cet article

Les commentaires sont fermés

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Accept Cookies
x