Les data ont besoin de nanas

| 15 janvier 2017 | 0 commentaire

Catégorie: Données, Formation, Portraits, Recherche, Uncategorized

Florence Sèdes enseigne l’informatique à l’université Paul Sabatier de Toulouse. Elle aime faire parler les données et pratique l’art subtil de l’interdisciplinarité, ce qui la met régulièrement en contact avec les géomaticiens. Mais dans son domaine, les femmes se font de plus en plus rares… une situation qui réveille son côté militant.

« Les datas, c’est mon dada ! », Florence Sèdes n’hésite pas à utiliser des slogans pour parler de son métier de professeure et de chercheuse à l’Institut de recherche en informatique de Toulouse (IRIT).

Un penchant pour l’informatique

En 1978, la jeune Perpignanaise n’a que 16 ans quand elle part en maths sup à Montpellier. À cette époque-là, les datas, on n’en parle pas ! C’est l’ère préhistorique de l’informatique et des cartes perforées. « On avait la chance d’accéder au centre de calculs de l’université, où on faisait un peu de Basic sur des ordinateurs Apple, ça m’a tout de suite plu. » De retour à Toulouse à l’université, elle décroche un poste chez IBM, qui l’envoie mettre en place une base de données au Crédit Agricole de Perpignan. Mais l’université ne la lâche pas pour autant et elle revient y faire un DEA puis une thèse, financée par une entreprise de bureautique. « Il s’agissait d’introduire un peu de souplesse dans les bases de données relationnelles, d’accepter des données semi-structurées… c’était très visionnaire à l’époque et c’est ce qui a donné le XML. »

De la géo en toutes choses

Des données semi-structurées aux données variées, multimédias et géographiques… il y a plus d’un pas que Florence Sèdes franchit avec enthousiasme, avide de rencontres avec d’autres disciplines. « Le côté géographique est venu presque naturellement. J’ai travaillé régulièrement avec les chercheurs du CESBIO*, j’ai co-encadré des thèses. J’ai été directrice du GDR I3*, qui était lié au GDR MAGIS et maintenant je suis chargée de mission interopérabilité au niveau de l’INS2i*. » Aujourd’hui, on ne parle plus d’informatique mais de numérique et les données géographiques ont toute leur importance. « L’information géographique est en train de se fondre dans le numérique par la géolocalisation, elle est essentielle mais a du mal à exister sur le plan identitaire. » Loin des sirènes du big data, Florence Sèdes milite pour une nouvelle approche de la qualité. « Les gens fournissent de plus en plus de données, ils s’exposent sur les réseaux sociaux, font des achats en ligne, etc. Mais en termes d’exploitation, ces données ne valent pas grand-chose. C’est comme si vous achetiez du linge au kilo et que vous ne récupériez que des serviettes éponge trouées. Vous allez fouiller longtemps pour trouver deux t-shirts corrects. » Comment valider ces données ? « Il faut multiplier les points de vue » insiste la chercheuse. Avec son équipe, elle travaille sur des méthodes pour identifier des sources de données pertinentes en fonction d’une problématique particulière. Quelles caméras de vidéo-surveillance privilégier pour retrouver celles qui ont filmé le malfaiteur en action ? Quels messages postés sur les réseaux sociaux croire ? Et comment articuler toutes ces données pour aider une enquête de police ? Comment transmettre les bons messages d’alerte à des conducteurs et à leurs passagers ?…

Motiver les troupes

Le numérique est une mine de sujets passionnants et Florence Sèdes en parle avec passion. Pourtant, le domaine ne fait pas recette chez les jeunes femmes. « Quand j’étais à l’université, il y avait plein de filles dans les amphis. Aujourd’hui, c’est le désert. » Pourquoi ? « Il y a sans doute plusieurs facteurs : l’absence de concours d’enseignement du second degré (Capes et agrégation), qui apparaissent toujours comme une sécurité, une image de l’informaticien geek-mangeur-de-pizza-associal rivé sur son ordinateur toutes les nuits, et puis sans doute le fameux syndrome de l’imposteur qui fait que les filles ont trop souvent l’impression de ne pas être à leur place. » Même si Florence Sèdes a mené sa carrière professionnelle sans se poser ce genre de question, elle reconnaît aujourd’hui qu’elle a essuyé quelques réflexions et a sans doute été parfois naïve. « Mes filles sont allées à un coding goûter, où on leur a appris à programmer en s’amusant. Mais que fallait-il programmer ? Un jeu de guerre ! » En Inde, pays qu’elle connaît bien, les femmes apprécient l’informatique qui leur permet de travailler tout en gardant une liberté d’horaires et de lieux de travail. Pourtant, en France, il lui faut multiplier les conférences pour tenter de convaincre les jeunes femmes que l’informatique, c’est parfois athlétique, mais souvent ludique.

  • CESBIO : Centre d’études spatiales de la biosphère situé à Toulouse
  • GDR I3 : Groupement de recherche Information – Interaction – Intelligence, aujourd’hui terminé
  • GDR MAGIS : Groupement qui rassemble les chercheurs en géomatique
  • INS2I : Institut des sciences de l’information et de leurs interactions du CNRS

 

Imprimer cet article Imprimer cet article
Signaler un contenu

Laisser un commentaire

No Banner to display

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Accept Cookies
x