12 juin 2019 : les Canadiens lancent trois nouveaux satellites radar

| 10 juin 2019

Catégorie: A l'actu, Cartographie, Données, Environnement, Imagerie, Satellite/Spatial

La Mission de la Constellation RADARSAT, alias MCR, doit décoller à partir d’une fusée Falcon-9 opérée par SpaceX ce 12 juin, depuis la base californienne de Vandenberg. Elle se compose de trois satellites d’observation de la Terre comportant un radar à synthèse d’ouverture en bande C. Mais pas sûr que les données acquises soient très « accessibles ».

Les trois satellites de la Constellation RADARSAT seront positionnés à égale distance l'un de l'autre, sur une même orbite, à 600 kilomètres d'altitude. (Source : Agence spatiale canadienne.)

Les trois satellites de la Constellation RADARSAT seront positionnés à égale distance l’un de l’autre, sur une même orbite, à 600 kilomètres d’altitude. (Source : Agence spatiale canadienne.)

Tous placés sur la même orbite à 600 km de la Terre, les trois satellites de la MCR permettront d’observer 90 % de la surface du globe au moins une fois par jour. Seul le pôle Sud est exclu. L’extrême arctique, lui, sera visible jusqu’à quatre fois par jour.

La mission est la suite de Radarsat-2 (encore opérationnel), dont elle reprend les principales caractéristiques. Chaque satellite intègre en plus un système d’identification automatique des navires (SIA) ainsi qu’un mode de polarisation compacte, qui permet d’acquérir des images sur une large fauchée tout en gardant une bonne capacité de classification polarimétrique.

La configuration à trois satellites est conçue pour convenir à une mission de collecte de données de moyenne résolution principalement vouée au suivi régulier de vastes zones géographiques. Il donne une vue d'ensemble de la masse terrestre du Canada et des eaux à proximité. Jumelées à l'imagerie de résolution plus élevée fournie dans le cadre de missions étrangères concomitantes, les données de la Constellation RADARSAT sont censées rehausser de façon spectaculaire la capacité du Canada à gérer les ressources et l'environnement et améliorer la sécurité grâce à un système de surveillance opérationnelle. Le système fonctionne également en modes haute résolution de 1 m x 3 m, de 3 m et de 5 m particulièrement adaptés à la gestion des catastrophes. (Source : Agence spatiale canadienne.)

La configuration à trois satellites est conçue pour convenir à une mission de collecte de données de moyenne résolution principalement vouée au suivi régulier de vastes zones géographiques. Il donne une vue d’ensemble de la masse terrestre du Canada et des eaux à proximité. Le système fonctionne également en modes haute résolution de 1 m x 3 m, de 3 m et de 5 m particulièrement adaptés à la gestion des catastrophes. (Source : Agence spatiale canadienne.)

Si c’est encore MDA qui a assuré la construction des satellites, le gouvernement canadien a cette fois la main sur la programmation, la réception et la distribution des données, qui serviront principalement les organismes publics de recherche et de gestion du territoire. Surveillance maritime, détection de navires dans les eaux canadiennes, surveillance des écosystèmes, agriculture… le gouvernement prévoit d’utiliser environ 250 000 images par an. Les images MCR seront également mobilisables dans le cadre de la Charte espace et catastrophes majeures. Il faudra plusieurs mois avant le début des activités opérationnelles mais le site de l’agence reste très évasif sur l’accès aux données par d’autres acteurs publics et privés, notamment en dehors du Canada.

– Pour suivre le lancement en direct, rendez-vous sur la page Facebook de l’agence spatiale canadienne : https://fr-fr.facebook.com/Agencespatialecanadienne/

– Les pages dédiées à la MCR de l’agence spatiale canadienne sous ce lien

 

Imprimer cet article Imprimer cet article
Signaler un contenu

Les commentaires sont fermés

No Banner to display

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Accept Cookies
x