Copernicus fournit des données environnementales et des guides destinés aux développeurs pour encourager l’innovation

Catégorie: Communiqués, Données, Environnement, Institutions, Logiciels, Recherche, Satellite/Spatial

CopernicusUne nouvelle application du Service Copernicus pour le changement climatique (C3S) montre à quel point nous pourrions être proches d’un réchauffement climatique de 1,5°C

 

L’application gratuite publiée par le Service Copernicus pour le changement climatique (C3S) est un des nombreux exemples de la façon dont les développeurs d’applications peuvent créer de nouveaux moyens créatifs et innovants pour exploiter son Climate Data Store (CDS), qui est gratuit et accessible

  • Le CDS donne accès à des applications gratuites et des données qui peuvent être téléchargées gratuitement. Leur utilisation est polyvalente.
  • Parmi les exemples, citons la nouvelle application de suivi, ainsi que les applications Weather Fire Index, Mountain Tourism ou encore Monthly Explorer pour le COVID-19
  • Les scientifiques et les informaticiens peuvent accéder aux données et au code source de ces applications via l’API et la boîte à outils intégrée

Des données et des guides pour aider les développeurs à créer leurs apps

Les scientifiques et les spécialistes techniques qui souhaitent développer leurs propres applications peuvent facilement le faire : soit en téléchargeant les données dans leur propre environnement, soit en utilisant la boîte à outils intégrée.

Les données sont accessibles soit manuellement via une interface utilisateur graphique (GUI), soit en utilisant l’interface de programme d’application (API) du Climate Data Store du C3S. L’API du C3S fournit un accès programmatique à toutes les données disponibles sur son Climate Data Store. La page API du C3S offre des explications et des exemples sur la manière d’utiliser l’interface pour accéder facilement aux données afin d’encourager des solutions innovantes pour l’adaptation au changement climatique.

Les applications elles-mêmes s’appuient sur les outils fournis dans la boîte à outils de la banque de données climatiques (Climate Datastore Toolbox). Pour toutes les applications, les utilisateurs peuvent accéder au code de l’application, en cliquant sur l’onglet « Source code » et utiliser la documentation de la boîte à outils.

Freja Vamborg, directrice scientifique au C3S, commente : « Le C3S fournit des données climatiques, qui peuvent être utilisées pour le développement d’applications par n’importe qui, et nous espérons encourager l’innovation parmi les spécialistes et les développeurs de technologies. Nos données et exemples d’applications peuvent être utilisés de multiples façons pour sensibiliser au changement climatique et aussi pour encourager des solutions commercialement viables pour l’adaptation au changement climatique. En rendant nos données facilement et gratuitement accessibles, nous fournissons aux développeurs d’applications externes les bases nécessaires pour inventer leurs propres applications, qu’elles soient destinées au grand public ou à des secteurs comme l’énergie et l’agriculture. Les applications en aval qui peuvent exploiter les données d’observation de la Terre et du climat pour aider l’industrie et la société joueront un rôle important pour nous aider à nous adapter à l’évolution de notre planète ».

Elle complète : « Pour créer le Global Temperature Trend Monitor, nous utilisons une seule estimation de la température à partir de l’ensemble de données ERA5, en utilisant les données publiées à l’origine en 1979 pour présenter les données et la récente extension qui ramène l’ensemble de données aux années 1950. En utilisant cet ensemble de données, nous pouvons facilement mettre à jour l’application régulièrement et l’utiliser comme une illustration ou un guide pour voir approximativement dans quelle direction nous allons« .

La polyvalence des données environnementales du C3S est illustrée par la gamme d’autres applications qui ont été créées grâce à l’environnement de la boîte à outils du service.

 

Une application pour suivre les Accords de Paris : le Global Temperature Trend Monitor

Le Service Copernicus pour le changement climatique (C3S) a développé une application qui permet à chacun de visualiser le rythme actuel du réchauffement de la planète. Le C3S, qui est mis en œuvre par le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme au nom de la Commission européenne, indique que le nouveau ‘Global Temperature Trend Monitor‘ n’est qu’un exemple de la manière dont les données climatiques que Copernicus collecte et traite peuvent être transformées en une grande variété d’applications pour les entreprises et la société en général.

L’application gratuite permet à tout le monde de replacer les changements actuels des tendances de la température moyenne mondiale dans le contexte de la limite cible de 1,5°C fixée par l’Accord de Paris. L’accord, aujourd’hui signé par 196 États et l’Union européenne, vise à renforcer la réponse mondiale à la menace du changement climatique en maintenant l’augmentation de la température mondiale au XXIe siècle bien en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels et à intensifier les efforts pour limiter l’augmentation de la température à 1,5 °C. Le nombre de pays signataires de l’accord de Paris représente actuellement environ 79 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Copernicus

En février 2021, le réchauffement climatique a atteint environ 1,19 °C au-dessus des niveaux préindustriels. La limite de 1,5 °C sera atteinte en 2034 si la tendance au réchauffement se poursuit de la même manière qu’au cours des 30 années précédant février 2021. La ligne orange indique l’estimation probable du GIEC basée sur les projections climatiques de son rapport « Réchauffement planétaire de 1,5°C ». Crédit : Copernicus Climate Change Service/ECMWF.

 

L’application fournit une échelle mobile pour explorer les changements de température par rapport à la période préindustrielle pour n’importe quelle année entre 2000 et aujourd’hui. Une ligne rouge – indiquant le taux de réchauffement moyen au cours des 30 dernières années – est prolongée dans le futur jusqu’à ce qu’elle atteigne la limite de 1,5° C. Mise à jour mensuellement, l’application fournit une version en temps quasi réel d’un graphique issu du rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), intitulé « Réchauffement planétaire de 1,5 °C« .

D’autres applications déjà existantes : Fire Weather Index, Mountain Tourism, Monthly Explorer for Covid-19

L’une de ces applications est la nouvelle application Fire Weather Index (FWI), une carte interactive qui aide l’utilisateur à examiner les risques d’incendie actuels et futurs dans n’importe quelle région européenne. L’application a été créée spécialement pour le secteur du tourisme, car les destinations qui dépendent des activités de plein air peuvent être affectées par l’évolution du risque d’incendie. L’application FWI implique l’utilisation de deux ensembles de données C3S différents. Des indicateurs à long terme dérivés de projections et de réanalyses climatiques sont combinés pour établir un lien entre les conditions climatiques et la probabilité de feux de forêt en Europe. L’application peut être utilisée gratuitement par tous, qu’il s’agisse de citoyens curieux, d’organisations de gestion des incendies, d’entreprises, de décideurs politiques ou de chercheurs. Il est facile pour tout le monde de l’essayer dans le Climate Data Store du C3S, qui propose un guide d’utilisation, les ensembles de données utilisés et les codes sources.

Copernicus

Le FWI de Rome pour la fin du siècle avec des politiques peu ambitieuses d’atténuation du changement climatique. L’indice FWI corrigé des biais des modèles climatiques devrait passer de 21 (modéré) à 26 (élevé) entre le passé récent et la fin du siècle. Crédit : Copernicus Climate Change Service/ECMWF.

 

Et si le tourisme n’est pas encore à l’ordre du jour pendant au moins une partie de l’année 2021, l’impact à long terme du changement climatique est le prochain grand défi de l’industrie. Le tourisme montagnard est un secteur particulièrement vulnérable, complexe et sensible au changement climatique. L’application Mountain Tourism fournit une carte interactive permettant de visualiser des comparaisons entre les conditions d’enneigement passées et futures à différentes altitudes, pertinentes pour l’industrie du tourisme. Une application liée permet également de tracer les variables en fonction de l’altitude.

Les applications créées par le C3S sont également utilisées pour faire progresser la recherche en épidémiologie. L’application Monthly Explorer for COVID-19 permet à tout utilisateur d’explorer les liens possibles entre la température, l’humidité et la propagation des virus. Il offre également la possibilité d’examiner des données spécifiques sur la pollution atmosphérique « moyenne ». Comme pour le Global Temperature Trend Monitor, les scientifiques de C3S ont créé une application qui démontre les possibilités que les données de Copernicus peuvent offrir aux chercheurs en épidémiologie et aux autres spécialistes médicaux impliqués dans la lutte contre la pandémie COVID-19. Des recherches récentes suggèrent que, comme cela arrive souvent avec d’autres virus, la propagation de COVID-19 pourrait être affectée par la température et l’humidité de l’air. En outre, la pollution de l’air, en particulier les particules fines, pourrait être impliquée dans la morbidité due à la COVID-19 et à sa propagation. Cette application permet à l’utilisateur d’explorer certaines ces théories en observant le lien entre la température et l’humidité de l’air, parallèlement aux niveaux de pollution atmosphérique climatologique fournis par le service parallèle de C3S, le Service Copernicus pour la surveillance de l’atmosphère (CAMS), et les données de mortalité obtenues de l’université Johns Hopkins.

Pour les développeurs d’applications, le programme d’incubation Copernicus, lancé par la Commission européenne, offre un soutien aux entrepreneurs européens pour travailler avec des données d’observation de la Terre afin de créer des produits et des services commercialement viables. Le programme attribue chaque année 50 000 euros à 20 jeunes pousses européennes.

Toutes les applications disponibles dans le Climate Data Store de C3S peuvent être trouvées ici :

https://cds.climate.copernicus.eu/cdsapp#!/search?type=application

 

À propos du CEPMMT et de Copernicus

Copernicus est le fleuron de l’Union européenne en matière d’observation de la Terre, qui fonctionne grâce à six services thématiques : Atmosphère, Marine, Terre, Changement climatique, Sécurité et Urgence. Il fournit des données et des services opérationnels en libre accès, qui permettent aux utilisateurs de disposer d’informations fiables et actualisées sur notre planète et son environnement. Le programme est coordonné et géré par la Commission européenne et mis en œuvre en partenariat avec les États membres, l’Agence spatiale européenne (ESA), l’Organisation européenne pour l’exploitation de satellites météorologiques (EUMETSAT), le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT), des agences de l’UE et Mercator Océan, entre autres.

Le CEPMMT exploite deux services du programme d’observation de la Terre Copernicus de l’UE : le Service pour la surveillance de l’atmosphère Copernicus (CAMS) et le Service pour les changements climatiques Copernicus (C3S). Ils contribuent également au service de gestion des urgences de Copernicus (CEMS). Le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT) est une organisation intergouvernementale indépendante soutenue par 34 États. Il s’agit à la fois d’un institut de recherche et d’un service opérationnel 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, qui produit et diffuse des prévisions météorologiques numériques à ses États membres. Ces données sont entièrement à la disposition des services météorologiques nationaux des États membres. Le superordinateur (et les archives de données associées) du CEPMMT est l’un des plus grands de ce type en Europe et les États membres peuvent utiliser 25 % de sa capacité pour leurs propres besoins.

Le CEPMMT étend son implantation dans les États membres pour certaines activités. Outre un siège au Royaume-Uni et un centre de calcul en Italie, de nouveaux bureaux consacrés aux activités menées en partenariat avec l’UE, telles que Copernicus, seront installés à Bonn, en Allemagne, à partir de l’été 2021.

 

 

Twitter:

  • @CopernicusECMWF
  • @CopernicusEU
  • @ECMWF

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Signaler un contenu

Laisser un commentaire

No Banner to display