No Banner to display

No Banner to display

Deux applications à la loupe

| 16 octobre 2016 | 0 commentaire

Catégorie: Données, Dossier : Géo-signalement, Grand public, Logiciels, Open Data, Réseaux/Transports, Secteur public, Utilisateurs

Présentation de City2Gether et d’InCity : deux applications qui ont des origines très différentes

City2Gether

InCity mise sur le lien entre objets connectés et signalement (ici, stations météos)

InCity mise sur le lien entre objets connectés et signalement (ici, stations météos)

Développé par SoyHuce, un tech studio installé à Caen, City2Gether entend réinventer la ville en repensant le lien entre les citoyens et les collectivités. Son application permet à la fois aux collectivités de communiquer, de lancer des sondages en ligne, d’envoyer des alertes (pics de pollution, embouteillages par exemple). Les citoyens, eux, peuvent s’en servir pour entrer directement en communication avec leurs élus, signaler des dysfonctionnements ou des événements, mais également voter pour les bonnes idées des autres. Ouistreham et Deauville sont en train d’installer l’application. Très « ville intelligente », l’application devrait également permettre aux citoyens de faire remonter à la ville les données captées par leurs objets connectés tels que station météo personnelle. « Les informations transmises par des capteurs comme le Flower Power de Parrot pourraient compléter les données de base de la collectivité et améliorer par exemple la précision de l’arrosage automatique des villes » précise Léonore Gouénard.

 

InCity, un FixMyStreet à la française

À la suite d’une étude menée par un groupe d’étudiants de Sciences Po Toulouse, l’observatoire régional de la qualité de service des infrastructures en Midi-Pyrénées (ORQUASI) s’est lancé dans le développement d’une application de signalement à destination du grand public. Proposée gratuitement aux collectivités adhérentes à l’association, InCity est en fait une déclinaison de FixMyStreet. « Nous avons monté un partenariat avec la région Bruxelles Capitale qui a créé une adaptation francophone de FixMyStreet. Nous avons réutilisé le cœur de l’application, que nous avons adapté au fonctionnement français » explique Romain Geneste, chargé de mission à l’Orquasi.

Une des particularités d’InCity, la carte interactive de tous les signalements avec leur statut : un véritable engagement de transparence !

Une des particularités d’InCity, la carte interactive de tous les signalements avec leur statut : un véritable engagement de transparence !

L’application propose une série de catégories que la collectivité peut ou non activer, en fonction de ses compétences et de ses propres objectifs. À Toulouse par exemple, partenaire de la première heure du projet, sept thématiques ont été retenues (déchets, route, éclairage public, réseaux d’eau, accessibilité, mobilier urbain et autre). Chaque signalement (adresse, catégorie, photo et commentaire) déclenche un mail vers le service concerné, ou peut être intégré sous forme de service Web vers les applications métiers de la collectivité. La diffusion de l’application est basée sur l’engagement des collectivités. Ainsi, à Montpellier, impossible de saisir un signalement car la ville n’est pas adhérente. Par contre, histoire de mettre la pression sur les collectivités, l’envoi d’un mail demandant l’inscription de la ville est proposé systématiquement. Autre originalité du projet, la mise en ligne d’une carte interactive des signalements. Malheureusement, beaucoup restent ouverts car les collectivités n’en changent pas le statut, même si elles sont intervenues. « Depuis son lancement, 1 400 utilisateurs ont créé leur profil et 700 signalements ont été enregistrés, note, satisfait, Romain Geneste. Nous accompagnons les collectivités dans la communication autour de l’application, mais nous n’allons pas beaucoup plus loin. Nous ne sommes pas une société de services. Mais si nous donnons envie aux collectivités de se lancer, quitte à ce qu’elles optent pour des solutions plus sophistiquées ensuite, nous aurons gagné notre pari. » Pour l’instant, ce sont plutôt les petites villes de la région qui s’équipent.

À lire également dans ce dossier :

Print Friendly, PDF & Email
Signaler un contenu

Laisser un commentaire

No Banner to display

No Banner to display