No Banner to display

No Banner to display

Business intelligence, un marché attractif

| 20 novembre 2017

Catégorie: Dossier : Géomatique et décision, Entreprises, Logiciels, Marché

668 mots, environ 2 mn de lecture

Un temps appelé informatique décisionnelle, les logiciels de business intelligence ont émergé il y a vingt ans. Entreprises, collectivités territoriales, organismes publics…, tous les utilisent pour piloter leurs activités et faire des tableaux de bord. Le marché est énorme et l’offre ne cesse de se renouveler.

Théorisée dès la fin des années cinquante par Hans Peter Luhn, un analyste d’IBM, la business intelligence, alias BI désigne l’ensemble des outils et méthodes qui permettent aux entreprises d’exploiter les données qu’elles accumulent au quotidien afin de mieux piloter leurs activités, anticiper l’avenir, prendre des décisions stratégiques.

Donner du sens aux données

Pour cela, les données qui sont produites par les différents services (facturation, comptabilité, informations clients…) doivent être mises en cohérence au sein d’entrepôts de données, appelés data wharehouse, datalake voire infocentre. Elles peuvent alors être complétées et contextualisées par des données externes de cadrage (marché, contexte sociodémographique…). Les outils de BI permettent ensuite de les explorer et de les visualiser sous des formes simples : indicateurs synthétiques, scores, graphiques, cartes… qui composent des tableaux de bord et alimentent toutes sortes de rapports. Ainsi, en exploitant l’ensemble de ses tickets de caisse, une enseigne saura si les ventes sont meilleures (ou moins bonnes) que prévues, et quelles peuvent être les causes de ces résultats. C’est par leur capacité à interroger à la volée toutes sortes de données, venues de logiciels métiers variés, à les croiser, à en exploiter les nombreuses dimensions et à les rendre compréhensibles que les logiciels de BI se sont rendus indispensables.

Évolution

Le marché logiciel est né il y a environ vingt ans, avec l’apparition d’éditeurs comme Cognos, Business Objects… Rapidement, les grands gestionnaires de bases de données comme Oracle, Microsoft ou IBM se sont eux-mêmes dotés d’outils de BI, parfois en rachetant des éditeurs. Ainsi, Cognos a été racheté par IBM, Business Objects par SAP.

Le secteur a suivi les évolutions de l’informatique dans les entreprises : stockage dans le Cloud, récupération de données en temps réel, informatique distribuée, simplification des interfaces, dimension collaborative, dataviz soignée, intégration progressive d’une dimension prédictive. Du coup, une nouvelle génération d’acteurs est arrivée depuis moins de dix ans : Qlik, Tableau… qui laissent plus d’autonomie aux utilisateurs dans la construction d’indicateurs pertinents. L’offre est désormais très diversifiée avec des logiciels orientés vers la visualisation, d’autres vers l’exploration de grands volumes de données, vers l’utilisation en mobilité…

L’évolution de la BI. Un graphique extrait du site decivision (http://www.decivision.com/evolution-business-intelligence)

L’évolution de la BI. Un graphique extrait du site decivision (http://www.decivision.com/evolution-business-intelligence)

Le cabinet d’étude Gartner estimait le marché mondial à 16,9 milliards de dollars en 2016, et la croissance continue d’y être à deux chiffres. Un chiffre à mettre en rapport avec le marché de l’information géographique, estimé à 9 millions de dollars par P&S Market Research.

Le graphique de la discorde

Chaque année en février, Gartner publie une étude complète sur la business intelligence, qui s’accompagne d’un graphique synthétique, reprenant le positionnement des principaux acteurs, jugés par les analystes à l’aulne de la profondeur de leur vision (évolution produit, vision du marché, stratégie marketing…) et de leur capacité (fonctionnalités actuelles et annoncées, résultats financiers de l’entreprise, excellence opérationnelle de l’éditeur).

Être dans le Magic Quadrant de Gartner ? Un objectif prioritaire pour les éditeurs de Business Intelligence.

Être dans le Magic Quadrant de Gartner ? Un objectif prioritaire pour les éditeurs de Business Intelligence.

L’édition 2017 place Microsoft (suite Power BI basée sur Azure), Tableau et Qlik dans le carré magique des leaders. Mais si Tableau et Microsoft ont évolué positivement par rapport à 2016, ce n’est pas le cas de Qlik qui régresse un peu, empêtré dans le passage de Qlik View à Qlik Sense et dont le retrait de la bourse en septembre semble inquiéter.

Parmi les grandes tendances identifiées par Gartner : l’importance grandissante du Cloud, l’apparition de la commande vocale (la présence de Cortana dans l’offre Microsoft plaçant ce dernier en bonne position), l’importance de l’intelligence artificielle et du langage naturel dans l’exploration et la restitution des données, mais également, la présence de catalogues internes de données.

Autant d’enjeux qui sont également bien identifiés dans le domaine de l’information géographique.

À lire dans ce dossier

Print Friendly, PDF & Email
Signaler un contenu

Les commentaires sont fermés

No Banner to display

No Banner to display