Entre débris et satellites, l’espace affichera bientôt complet

| 7 avril 2019

Catégorie: Décalagéo, Imagerie, Matériel/GPS, Satellite/Spatial

Il y a ceux qui font la course pour lancer un maximum de satellites et ceux qui font la course pour montrer qu’ils sont capables de détruire des satellites grâce à leurs super missiles. Deux approches inverses qui ont pourtant un point commun, elles encombrent l’espace autour de la Terre.

Ainsi, Jeff Bezos vient d’annoncer qu’Amazon va lancer 3 236 satellites dans le cadre de son projet Kuiper pour relier tout le monde à Internet. Il rejoint ainsi ses camarades de OneWeb, SpaceX et Facebook, qui développent tous des projets allant dans le même sens, basés sur des constellations de milliers de petits satellites (le projet Starlink de SpaceX s’appuierait sur 11 000 satellites). Quelques jours plus tôt, c’était l’émoi à l’annonce de la destruction par l’Inde de l’un de ses satellites, créant un nuage de débris dont certains mettent en danger la station orbitale internationale. Situés à environ 300 km de la terre, ces débris devraient cependant rapidement retomber dans l’atmosphère et disparaître en fumée.

La ronde des débris

Pourtant, d’autres débris tournent encore autour de la Terre, principalement issus d’une collision accidentelle en 2009 et d’un tir antisatellite chinois de 2007, sans parler des éléments techniques abandonnés en orbite. Entre déchets et nouveaux entrants, les spécialistes s’inquiètent car les risques de collision augmentent dangereusement, comme l’a récemment expliqué Glenn Peterson, chercheur à Aerospace Corporation dans un colloque, cité par Mark Harris dans MIT Tech Review. Des entreprises ont déjà dû dérouter certains de leurs satellites pour cause de risque d’accident. La situation pourrait empirer rapidement car les radars qui surveillent les déchets traquent aujourd’hui 20 000 pièces de plus de 10 cm de large, mais seront sans doute capables demain de détecter des morceaux de 2 cm, et dix fois plus de déchets.

Bien sûr tous les déchets spatiaux et tous les satellites ne sont pas sur la même orbite mais les orbites basses sont les plus visées par les nouvelles générations de microsatellites. Le fait qu’ils soient considérés comme « jetables » est au cœur de la stratégie des opérateurs du New Space, qui misent sur la redondance et… encombrent l’espace. N’est-il pas temps de lancer une opération de tri sélectif ?

 

Print Friendly, PDF & Email
Signaler un contenu

Les commentaires sont fermés

No Banner to display

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Accept Cookies
x