Un nouveau syndicat professionnel pour les producteurs de données géospatiales

| 7 octobre 2019 | 0 commentaire

Catégorie: 3D, A l'actu, Entreprises, Imagerie, Institutions, Matériel/GPS, Réseaux/Transports, Satellite/Spatial, Secteur public

Le SNEPPIM, « vieux » syndicat patronal issu de la branche des géomètres topographes, regroupe une trentaine d’entreprises de la photogrammétrie et de l’imagerie métrique. Le 4 octobre 2019, il est devenu officiellement la FENIGS.

Des drones aux satellites... la FENIGS entend défendre les intérêts des professionnels de la production de données géographiques.

Des drones aux satellites, du BIM au big data… la FENIGS entend défendre les intérêts des professionnels de la production de données géospatiales.

« Mobile mapping, lidar… les méthodes pour produire de la donnée géospatiale évoluent vite, il nous fallait élargir notre assiette d’adhérents à tous les producteurs de données » explique Fabrice Bunouf, président du SNEPPIM et également PDG de GeoFit-Expert.

Voici donc la nouvelle FENIGS ou Fédération Nationale des Entreprises de l’Information Géospatiale. Dotée d’un nouveau site Internet, renforcée par l’embauche d’Isabelle Vanneste Hello au poste de secrétaire générale, la FENIGS entend être plus présente pour ses adhérents. Groupes de travail, rencontres, étude sur les besoins en formation et même symposium annuel, comme celui organisé le 4 octobre au lycée Dorian. Environ 85 personnes ont participé à cette journée sur le thème de l’intelligence artificielle et du deep learning.

« Nous sommes avant tout un syndicat professionnel. Notre objectif est d’aider les entreprises qui produisent de la donnée à mieux anticiper le marché, à faire en sorte que leurs spécificités soient prises en compte en termes de gestion, de convention collective, de formation, de législation sociale… » complète le président. La FENIGS va devoir faire entendre sa voix dans un secteur où l’UNGE domaine largement, avec plus de 1 200 cabinets de géomètres adhérents. Pourtant, à cause de leur haut niveau en équipement technique, les entreprises de production de données ont des tailles et des besoins bien particuliers (veille, encadrement, formation par exemple), que la FENIGS entend bien défendre. « Nous aimerions avoir une cinquantaine d’adhérents d’ici 2020, et une centaine dans quatre à cinq ans » espère Fabrice Bunouf. Mais pour cela, il va falloir convaincre des entreprises qui ne viennent pas forcément du monde des géomètres topographes. À suivre…

Site web : https://www.fenigs.fr

Print Friendly, PDF & Email
Signaler un contenu

Laisser un commentaire

No Banner to display

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Accept Cookies
x