No Banner to display

No Banner to display

Geosat : croissance, ambition, innovation

Catégorie: 3D, Entreprises, Marché, Matériel/GPS, Reportages, Réseaux/Transports

Environ 4 minutes de lecture

Spécialiste de la mesure 3D et 4D, Geosat poursuit sa croissance malgré la crise et fait son entrée dans l’indice French Tech 120. Retour sur le parcours de l’entreprise bordelaise avec ses trois dirigeants, Cédrik Ferrero, Mathias Saura, et Lionel Raffin.

Geosat

Cédrik Ferrero, Lionel Raffin et Mathias Saura, les 3 dirigeants de Geosat.

Des géomètres-experts à la tête d’une entreprise de haute technologie, n’est-ce pas contradictoire ?

Notre métier a beau être ancien, il concerne des sujets éminemment modernes : la mesure et sa représentation détaillée. Nous avons toujours vu l’information géographique comme un vecteur d’avenir. Cédrik avait découvert les SIG dès 1992 à la gestion des eaux de Marmande et participé à la mise en place de la banque de données urbaines de Bordeaux. Quand la société a été créée, nous avons tout de suite travaillé sur un marché de niche à l’époque : la traçabilité vinicole. Là nous avons beaucoup appris avec nos clients, qui allaient du petit viticulteur au grand château en passant par les coopératives. Il a fallu sillonner toute la France et goûter beaucoup de bons vins, mais nous avons construit une offre solide répondant bien à leurs besoins.

En parallèle en 2002, nous avons effectué des mesures en proche infrarouge sur des pathologies végétales avec un petit dirigeable. En 2003, nous avons investi dans notre premier Lidar ; en 2004, dans la détection de réseaux enterrés par induction… La technique nous a toujours passionnés, mais elle nous aide avant tout à résoudre les problèmes de nos clients, à relever leurs défis.

Nous couvrons aujourd’hui tous les métiers de la mesure, de la cartographie, de la modélisation 3D et 4D en bathymétrie, dans les villes, les métros, les réseaux enterrés. Nous disposons d’un parc matériel conséquent : une centaine de géoradars, une dizaine de lidars et de systèmes de mobile mapping, mais également des sonars, des récepteurs GNSS… bref, tous les outils de mesure, que l’on peut installer sur des véhicules roulants, volants ou sur des bateaux… Mais nous travaillons également sur le traitement et la représentation de toutes ces données, via la modélisation 3D et 4D, des enjeux forts pour la ville intelligente et le véhicule autonome.

Après une douzaine d’années d’existence discrète, votre croissance a changé de rythme avec un taux annuel à deux chiffres, comment et pourquoi ?

En 2012, nous étions moins de 25 personnes et nous avons pris le temps d’établir un plan stratégique de croissance afin d’investir dans les nouvelles technologies, de développer notre recherche et développement, d’acquérir plus de crédibilité vis-à-vis de nos clients. Même si nous avons fait le choix d’être toujours rentables et d’assumer nos capacités de croissance, nous avons effectué une levée de fonds de 10 millions d’euros auprès de Société Générale capital Partners, BPI et Ouest croissance en 2019. Cela nous a offert un filet de sécurité, et nous a donné les moyens de nous développer à l’international, de participer à des projets de recherche comme AI4GEO. Ainsi, nous avons pu acheter Viamapa, société portugaise dédiée à la topographie, à la cartographie mobile et aux études foncières. Comme la société avait une antenne au Mozambique, cela nous a donné l’occasion de nous positionner sur les marchés africains et d’Amérique du Sud. En 2020, nous avons intégré DELTA Monitoring, société de services en auscultation-monitoring à destination des bâtiments et ouvrages du génie civil. Début 2021 nous avons racheté SE2T Engineering, spécialisée dans la cartographie des réseaux enterrés et présente dans le Sud et le sud Est de la France. À chaque acquisition, nous étendons nos compétences et nos marchés, tout en gardant la maîtrise de notre développement et de notre rentabilité.

Vous voilà désormais dans le palmarès French Tech 120 qui fournit un accompagnement dédié à 120 startups sélectionnées sur des critères de performance économique, aux côtés de Deezer ou Devialet. Pensez-vous qu’il est réellement possible de faire émerger des leaders de rang mondial autour des technologies de l’information géographique face aux géants internationaux du numérique ?

L’équipe va bientôt dépasser les 500 collaborateurs et notre chiffre d’affaires a atteint 26 millions d’euros en 2020, malgré la crise sanitaire qui n’a que peu freiné les projets en cours. Notre force est dans la convergence de la géomatique, de la topographie, du foncier, de précision… nous jouons sur tous ces tableaux. Les technologies nous permettent aujourd’hui de ne plus réfléchir en termes d’échelles. Faire du PCRS de haute précision comme nous le défendons, c’est se donner la possibilité d’autres usages, comme les Pays-Bas qui réalisent une cartographie immersive générale du pays, ou Bordeaux qui utilise les relevés pour faire de la modélisation 3D qui adresse tous les métiers de la métropole.

Oui, nous croyons à l’émergence de leaders dans ce domaine, c’est même essentiel. La France doit être autonome en matière de données géographiques de haute précision, c’est un enjeu de souveraineté. À nous d’apporter une expertise unique autour de la mesure. Les entreprises françaises doivent travailler main dans la main avec les institutions pour construire les jumeaux numériques de la ville intelligente et les cartes HD de la navigation.


Geosat : carte d’identité

  • Fondée en 2000 à Pessac (Gironde)
  • 480 collaborateurs fin 2020
  • 10 agences en France

Chiffre d’affaires :

  • 2018 : 13,30 M€
  • 2019 : 21 M€
  • 2020 : 26 M€

Répartition des activités (2019)

  • Détection réseaux : 46 %
  • Topographie : 18 %
  • Modélisation 3D de bâtiments : 16 %
  • Cartographie HD des villes : 10 %
  • Activités de géomètres-experts : 10 %

Quelques références :

ENEDIS, GRDF, SNCF, Veolia, Aéroport de Bordeaux, Grand Poitiers, métropoles de Nantes, de Bordeaux, Toulouse, département des Hauts-de-Seine, Vinci, ville de Paris…

https://www.geo-sat.com/fr

 

Print Friendly, PDF & Email
Signaler un contenu

Laisser un commentaire

No Banner to display

No Banner to display