No Banner to display

No Banner to display

Karos fait le pari du covoiturage de proximité

Catégorie: Contrats, Données, Dossier : Voyage au pays des géo-innovations, Entreprises, Logiciels, Mobilité, Open Data, Réseaux/Transports

Portrait d’innovateurs

Huit récompenses rien qu’en 2015, lauréate du concours I-LAB, ambassadrice de la French Tech à la COP 21, Karos est une figure emblématique des PME innovantes. L’entreprise n’a pourtant pas deux ans, puisqu’elle a été fondée en mai 2014 par Olivier Binet, investisseur en capital, et Tristan Croiset, spécialiste du « deep learning » et ancien directeur technique de Criteo. Son projet ? Développer le covoiturage de proximité, notamment pour les trajets domicile-travail. Pour réussir là où toutes les initiatives ont échoué, Karos mise sur la simplification de la mise en relation entre covoitureurs via un apprentissage automatique de leurs habitudes de déplacements. Une innovation impensable sans big data et sans données géographiques.

« L’idée ne vaut pas grand-chose si on n’est pas à l’écoute des clients potentiels. Il faut être persévérant, continuer à chercher tout le temps » conseillent Olivier Binet et Tristan Croiset, les fondateurs de Karos.

« L’idée ne vaut pas grand-chose si on n’est pas à l’écoute des clients potentiels. Il faut être persévérant, continuer à chercher tout le temps » conseillent Olivier Binet et Tristan Croiset, les fondateurs de Karos.

« Je ne savais pas si ce que j’imaginais était possible » avoue Olivier Binet. Alors, il discute, il rencontre une centaine de personnes en quatre mois : des spécialistes de l’intelligence artificielle, des experts de la mobilité… et Tristan Croiset. En mai 2014, les deux associés quittent leurs postes pour monter l’entreprise et développer une preuve de concept. L’équipe passe rapidement à quatre personnes, grâce aux économies que chacun investit. Elle est accueillie dès juillet par l’incubateur Agoranov à Paris. En décembre, première levée de fonds de 500 000 € auprès de business angels, qui viennent compléter les 500 000 € de subventions (BPIfrance principalement). Après une année 2014 de recherche, une année 2015 centrée sur le développement de l’application mobile, 2016 est celle des premiers contrats avec quelques grands comptes comme ST Microelectronics, le CEA à Grenoble, Renault, Siemens… Et une percée espérée dans les collectivités locales avant d’atteindre le seuil de rentabilité dès 2018.

Aucun spécialiste de l’information géographique dans l’équipe Karos. Mais des développements réalisés facilement avec OpenStreetMap et Google Maps.

Aucun spécialiste de l’information géographique dans l’équipe Karos. Mais des développements réalisés facilement avec OpenStreetMap et Google Maps.

Désormais, l’offre est bien structurée, le modèle économique stabilisé et les arguments affûtés. Le pari n’est pas gagné pour autant car Karos propose un service qui n’est pas valorisé aujourd’hui. Il faut donc faire comprendre aux clients les externalités positives qu’ils vont tirer du service, et dégager un budget pour financer sa mise en place.

À lire dans ce dossier

Print Friendly, PDF & Email
Signaler un contenu

Laisser un commentaire

No Banner to display

No Banner to display