L’IGN et EXAGONE renouvellent leur partenariat RGP pour une meilleure surveillance des mouvements du territoire

| 21 juin 2019

Catégorie: 3D, Communiqués, Données, Institutions, Matériel/GPS

L’IGN et la société EXAGONE, initiée par l’ordre des Géomètres Experts (OGE), renouvellent leur convention de partenariat pour l’intégration des stations du réseau TERIA dans le réseau GNSS permanent (RGP), l’ensemble des stations de références géodésiques positionnées en continu par satellites qui enregistrent et émettent régulièrement leurs données d’observations. Cet ensemble, cordonné et fédéré par l’IGN, compte à ce jour 526 stations opérées par une cinquantaine de partenaires sur le territoire métropolitain et les collectivités d’outre-mer. Instrument de surveillance du territoire au service de la communauté scientifique, le RGP permet ainsi de contribuer à la surveillance du niveau moyen des mers, d’observer le soulèvement des Alpes, ou les mouvements sismiques à Mayotte.

Le réseau GNSS permanent (RGP) est un outil au service de la communauté géodésique et de l’information géographique. Il permet de positionner n’importe quel levé réalisé par GNSS dans le système de référence nationale de coordonnées dont l’utilisation est obligatoire pour tous les producteurs de données géographiques (décret n°2019-165, en date du 5 mars 2019). Il est également un instrument de surveillance des mouvements du territoire au service de la communauté scientifique.

Dès sa création en 1998, le RGP a été imaginé comme un réseau fédératif. L’IGN possède 25 stations en propre et propose à tous les gestionnaires de stations permanentes d’intégrer le RGP via un partenariat pour y bénéficier des services de l’IGN : apport d’expertise, détermination des coordonnées officielles de la station dans la référence nationale de coordonnées, suivi régulier de la station, contrôle de la qualité des données enregistrées, surveillance de leur stabilité géométrique et enfin, diffusion libre et ouverte des données GNSS collectées.

La société EXAGONE développe, maintient et exploite les plus de 200 stations du réseau TERIA réparties sur l’ensemble du territoire national, formant ainsi le plus important réseau quantitatif du RGP qui compte à ce jour 526 stations. EXAGONE offre à ses abonnés un service de positionnement par GNSS en temps réel de précision centimétrique.

Focus Outre-mer

Après une implantation réalisée à la Réunion (9 stations) et Mayotte (2 stations) en 2018, EXAGONE prépare actuellement le déploiement de son réseau dans les Antilles et en Guyane.

  • Crise tellurique de Mayotte

L’archipel de Mayotte connaît depuis mai 2018 une suite quasiment ininterrompue d’événements sismiques d’amplitude significative. Ce sont les observations géodésiques faites grâce aux 4 stations du RGP (une station CNES, deux stations TERIA et une station Lél@) implantées sur l’île qui ont permis de mettre en évidence un déplacement important de Mayotte depuis juillet 2018, au rythme d’environ 1,5 cm/mois vers l’est et de 1,2 cm/mois en vertical (correspondant à un enfoncement de l’île). Ces observations géodésiques ont conduit les géophysiciens à formuler dès novembre 2018 l’hypothèse d’une origine volcanique. Cette hypothèse a été confirmée depuis par la découverte d’un volcan sous-marin en mai dernier à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Mayotte, lors d’une expédition du navire océanographique Marion-Dufresne.

À la suite d’un appel à projet du CNRS, l’IGN et EXAGONE se sont associés, avec d’autres partenaires[1] pour contribuer, au moyen d’observations géodésiques par GNSS, à la compréhension du phénomène en cours à Mayotte. De nouvelles stations ont été implantées sur Mayotte et sur les territoires alentours (îles Glorieuses, Madagascar). Les données acquises sont mises à disposition de la communauté scientifique pour études et analyses dans un contexte de gestion de crise.

L’IGN est ainsi entièrement dans son rôle de fédérateur de la communauté géodésique en mettant à disposition l’infrastructure du RGP. Le dispositif mis en place dans le cadre de cet appel à projet du CNRS pourrait à l’avenir être reproduit en cas de crise tellurique sur d’autres territoires.

1
Le Shom (service hydrographique et océanographique de la Marine)
Le CNES (centre national d’études spatiales)
Précision Topo (société privée gestionnaire du réseau temps réel Lél@ implantée à La Réunion et à Mayotte)
Le LACy (le laboratoire de l’atmosphère et des cyclones – université de la Réunion/CNRS/Météo France)
L’ENS (le Département des géosciences de l’école normale supérieure)
L’IPGS (l’Institut de physique du globe de Strasbourg)
L’IPGP/OVPF (l’Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise, dépendant de l’Institut de physique du globe de Paris).

À propos de l’IGN

L’IGN est l’opérateur de l’Etat en matière d’information géographique et forestière de référence, certifiée neutre et interopérable. L’Institut développe en permanence de nouveaux référentiels, produits et géoservices, répondant aux besoins croissants et évolutifs en données cartographiques et en informations géolocalisées. Acteur public du numérique pour la description multi-thèmes du territoire, l’Institut intervient en appui à l’évaluation et à la mise en œuvre des politiques publiques de prévention des risques, d’aménagement du territoire, de développement durable, de défense et de sécurité. Grâce aux laboratoires de recherche dans lesquels s’investit l’Institut, l’UMR LaSTIG (Laboratoire en sciences et technologies de l’information géographique), l’UMR IPGP (l’Institut de Physique du Globe de Paris) et le Lif (Laboratoire d’inventaire forestier), l’IGN entretient un potentiel d’innovation de haut niveau dans les domaines de la géodésie, de la topographie vectorielle, de l’optique et de l’électronique, du traitement des images et de l’inventaire forestier. L’ENSG-Géomatique, l’Ecole nationale des sciences géographiques de l’IGN, forme les futurs ingénieurs de  l’information géographique.

L’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) est placé sous la double tutelle du ministre d’Etat, ministre de la transition écologique et solidaire et du ministre de l’agriculture et de l’alimentation.

CONTACT PRESSE

Sophie Couturier – Tél : 01 43 98 83 05 – sophie.couturier@ign.fr

Print Friendly, PDF & Email
Signaler un contenu

Les commentaires sont fermés

No Banner to display

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Accept Cookies
x