« Mesures et perception » : une expérimentation inédite de mesure de la qualité de l’air en Île-de-France

| 12 février 2021 | 0 commentaire

Catégorie: Cartographie, Communiqués, Contrats, Entreprises, Environnement, Grand public, Institutions

Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France et Jean-Philippe Dugoin Clément, Vice-président de l’Écologie, du Développement durable et de l’Aménagement, et leurs partenaires, Philippe Wahl, Président-directeur général de La Poste et Karine Leger, directrice générale d’Airparif, ont présenté ce jour en conférence de presse l’expérimentation « Mesures & perception », une expérimentation innovante de mesure de la qualité de l’air et de collecte du ressenti des citoyens en Île-de-France.

qualité de l'air

La Région Île-de-France annonçait en octobre 2019 lors de la présentation de son plan pour la transformation écologique de l’Île-de-France d’ici 2024 (10 milliards d’euros pour répondre à l’urgence écologique) le lancement d’un nouveau dispositif expérimental de mesure de la qualité de l’air, embarqué sur des véhicules sillonnant l’Île-de-France, et permettant de croiser ces informations avec la perception des Franciliens.

Le 16 mars 2020, après une procédure d’appel d’offres à laquelle 7 consortiums ont concouru, le groupement porté par la société Geoptis – filiale du groupe La Poste – est désigné lauréat du projet par Airparif. Le groupement réunit La Poste, sa filiale Geoptis et 42 Factory, concepteur de micro-capteurs AtmoTrack.

Le projet est intégralement financé par la Région Île-de-France à hauteur d’1,5 millions d’euros et piloté par AIRLAB, la plateforme d’innovation d’Airparif et de ses partenaires – dont la Région est un des principaux contributeurs-. Il  a pour objectif d’améliorer les connaissances sur les niveaux de pollution au cœur du trafic, tout en testant un nouveau réseau de mesures, et d’appréhender la perception des Franciliens vis-à-vis de la qualité de l’air. Ces innovations permettront de faire mieux connaître la qualité de l’air en Ile-de-France, et in fine d’identifier les leviers d’engagement des Franciliens pour faire baisser la pollution de l’air.

Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France : «  Avec ces flottes de véhicules qui sillonnent désormais l’Île-de-France, nous allons avoir accès à une quantité d’informations inégalée en matière de qualité de l’air, et nous pourrons les croiser avec les ressentis des Franciliens. Cela renforcera  l’adhésion à la transition écologique en Ile-de-France ».

Philippe Wahl, Président-Directeur général du Groupe La Poste :
« L’amélioration de la qualité de l’air est un enjeu de santé publique majeur auquel nous sommes fiers de participer. La Poste, neutre en carbone, est engagée depuis plus de 10 ans dans sa propre transition écologique, c’est donc naturellement que nous contribuons avec notre filiale Geoptis, à ce projet de mesure de la qualité de l’air en Île-de-France. ».

Karine Leger, Directrice Générale d’Airparif, Pour aller plus vite et plus loin dans l’amélioration de la qualité de l’air, l’innovation est un facteur clé avec de nouvelles technologies tant pour favoriser les changements de comportement qu’en termes de mesure et de dépollution. Ces technologies sont à la fois porteuses d’opportunités conséquentes mais aussi de questions, par exemple quant à leur efficacité. Pour apporter des éléments d’aide à la décision pour les politiques publiques et à nos partenaires, une évaluation objective est nécessaire. C’est le sens de cette expérimentation grandeur réelle, qui porte conjointement sur des technologies de mesure et d’information,  et tout l’enjeu de l’écosystème d’innovation ouvert Airlab, solutions pour notre air, coordonné par Airparif»

Mis en œuvre dans une dynamique partenariale, le dispositif se décompose en 3 volets :

  1. Mesurer la qualité de l’air en mobilité

Geoptis a déployé 600 micro-capteurs AtmoTrack, développés par son partenaire 42 Factory, sur tout le territoire francilien. 500 sont embarqués sur les flottes de véhicules du Groupe La Poste : les véhicules des facteurs, les vélos et remorques de vélos à assistance électrique (K-Ryole) des coursiers Stuart, ainsi que des utilitaires et poids lourds. En complément, 100 micro-capteurs sont positionnés sur des bâtiments de La Poste, plateformes de distribution ou bureaux de poste.

Ces capteurs ont été déployés progressivement depuis le 25 juin 2020, et ce pour une durée d’un an.

Les micro-capteurs AtmoTrack ont été évalués à plusieurs reprises par AIRLAB dans le cadre du Challenge micro-capteurs, à la fois en position fixe et sur des véhicules. Les données produites toutes les 10 secondes seront traitées et analysées en vue de tester leur pertinence et la valeur ajoutée de leur intégration aux cartographies d’Airparif.

72% des communes d’Île-de-France sont directement concernées par le déploiement de ces micro-capteurs.

  1. Mener une vaste enquête de perception en ligne et à domicile

Le deuxième volet consiste en une vaste enquête de perception, qui vise à recueillir le ressenti des Franciliens sur l’air qu’ils respirent, grâce à un questionnaire.

Cette enquête aura lieu en ligne (https://votreperception-air2021.airparif.fr/), via une plateforme de participation citoyenne, et aux domiciles de Franciliens volontaires qui seront interrogés par des facteurs de La Poste (sous réserve de l’évolution des conditions sanitaires).

Le croisement de ces résultats basés sur le ressenti des Franciliens à des données objectives de qualité de l’air issues des relevés dans le trafic et à une telle échelle, en s’appuyant sur des interlocuteurs de proximité que sont les facteurs, constitue une approche innovante et complètement nouvelle par rapport aux divers expérimentations qui existent d’ores et déjà sur l’utilisation de flotte de micro-capteurs, en France comme à l’étranger.

  1. Mettre à disposition des citoyens un outil de signalement des anomalies, l’application « Signal’Air »

Apres les mesures et l’enquête de perception, le troisième volet va plus loin encore dans l’implication des Franciliens avec  la mise en place d’une application de signalements participatifs « Signal’Air », qui leur permettra de signaler des anomalies ayant un impact sur l’air qu’ils respirent (odeurs, panache de fumée…).

Cette application de signalement, inédite en Île-de-France, a pour objectif de permettre à chaque Francilien non seulement de signaler des anomalies, mais aussi de connaître le ressenti des habitants sur la pollution en temps réel, tout en contribuant à améliorer la connaissance de la qualité de l’air dans sa région.

Chiffres Clés :

-Opération financée intégralement par la Région à hauteur 1,5 million d’euros

-Volet 1 : Mesures de polluants

  • 600 capteurs, dont 500 en mobilité et 100 sur des bâtiments
  • 930 cellules de mesures embarquées dans les capteurs

5 polluants mesurés 24h/24 et 7 jours sur 7 :

  • 3 tailles de particules fines : PM10, PM5, PM1 avec 600 cellules de mesures
  • Dioxyde d’azote (NO2) avec 300 cellules de mesures
  • Ammoniac (NH3) avec 30 cellules de mesures

-Volet 2 : Enquête de perception

Une plateforme en ligne de participation citoyenne sera dédiée à recueillir la perception qu’ont les Franciliens de la qualité de l’air qu’ils respirent, ainsi qu’à évaluer les leviers de leur engagement pour améliorer celle-ci.

Par ailleurs, 1 100personnes volontaires participeront à des entretiens personnalisés effectuées par des facteurs de La Poste, afin de recueillir leurs perceptions sur la qualité de l’air, et ce sur l’ensemble du territoire francilien, y compris en zones rurales (sous réserve de l’évolution des conditions sanitaires).

-Volet 3 : Déploiement d’une application de signalements

L’application de signalements participatifs « Signal’Air » sera déployée en Île-de-France au mois de mars 2021. Cette application permettra à tous les Franciliens qui le souhaitent de signaler des nuisances qui affectent l’air qu’ils respirent (odeurs, visuels – comme un panache de fumée – mais aussi bruits et pollens). L’ensemble des signalements sera regroupé sur une carte interactive, ce qui permettra aux utilisateurs de l’application de connaître en temps réel les perceptions des Franciliens sur la qualité de l’air autour d’eux, ainsi que de contribuer à l’amélioration des connaissances sur la qualité de l’air en Île-de-France.

Les partenaires du projet :

 

A propos de la Région Île-de-France :

Améliorer la qualité de l’air est une urgence de santé publique pour les Franciliens. La Région en a fait l’une des priorités de sa stratégie environnementale en lançant son plan d’action « Changeons d’air en Île-de-France », adopté en 2016. L’expérimentation « Mesures et Perception » vient ainsi en complément d’autres initiatives que la Région mène actuellement pour améliorer la qualité de l’air dans le métro ou les stations RER, dans les crèches et les écoles, mais aussi via des actions de mobilité propres.

 

La Région agit dans la plupart des domaines qui concernent le quotidien des 12 millions de Franciliens : les transports, les lycées, le développement économique, l’environnement etc. Sur un espace qui couvre 2% du territoire français mais rassemble 18% de sa population et près de 30% du PIB national, la Région mène une politique d’aménagement qui place l’environnement au cœur de ses priorités et mobilise ainsi 10 milliards d’euros sur cette thématique d’ici à 2024 avec un volet d’action très important sur la qualité de l’air qui constitue une priorité phare de l’action régionale.

 

A propos d’Airparif :

Airparif  est  l’Observatoire indépendant de la qualité de l’air en Île-de-France. Association loi 1901 agréée par le ministère en charge de l’environnement, Airparif a pour missions de :

  Surveiller l’air respiré par les Franciliens grâce à un dispositif de mesure robuste et fiable ;

– Comprendre la pollution de l’air, ses impacts et son évolution, en participant au renforcement des connaissances ;

– Accompagner les citoyens, et tous les acteurs, pour améliorer la qualité de l’air en lien avec l’énergie et le climat, en informant et en apportant l’expertise de l’Observatoire pour l’élaboration et l’évaluation des plans d’action ;

  Innover en facilitant l’émergence de nouvelles solutions pour améliorer plus rapidement la pollution de l’air, et évaluer la performance de ces innovations.

 

A propos d’AIRLAB

AIRLAB est l’accélérateur de solutions pour la qualité de l’air, créé par Airparif et 11 partenaires fondateurs, dont le Conseil Régional d’Île-de-France, qui a financé la mission de préfiguration. AIRLAB regroupe les acteurs institutionnels, économiques, la recherche publique et les start-ups engagés pour la recherche de solutions innovantes pour la qualité de l’air. La communauté AIRLAB compte aujourd’hui 85 organisations.

 

A propos de  Geoptis

Geoptis : Depuis 2017, Geoptis, filiale à 100 % du Groupe La Poste, accompagne des collectivités de toutes tailles et les aide à optimiser la gestion et l’entretien de leur patrimoine urbain : routes, mobilier urbain, etc. Les véhicules de La Poste sont pour l’occasion équipés de caméras qui filment la route lors des tournées des facteurs. Dès 2018, Geoptis a développé de nouvelles solutions basées sur l’exploitation de vidéos ou la mise en œuvre de nouveaux capteurs, en transposant ses savoir-faire à d’autres usages. Geoptis dispose ainsi de solutions de géoréférencement, de mesure de la qualité de l’air et de couverture des réseaux mobiles. Ces solutions sont des outils d’aide à décision au service de l’attractivité des territoires, de l’optimisation des budgets et des politiques publiques. En outre, Geoptis est partenaire de la chaire « Territoires en transition » de Grenoble Ecole de Management. www.geoptis.fr

 

A propos du Groupe La Poste

La Poste est une société anonyme à capitaux publics, filiale de la Caisse des dépôts et de l’Etat. Le groupe La Poste est organisé en cinq branches : Services-Courrier-Colis, La Banque Postale, Réseau La Poste, GeoPost, Numérique. Le Groupe est présent dans 47 pays sur 4 continents. Chaque jour, les 17 000 points de contact de La Poste, 1er réseau commercial de proximité de France, accueillent 1,3 million de clients. La Poste, neutre en carbone depuis 2012, distribue 21,6 milliards d’objets par an dans le monde (lettres, imprimés publicitaires et colis), 6 jours par semaine. En 2019, le Groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 26 milliards d’euros, dont 30% à l’international, et emploie plus de 249 000 collaborateurs. La Poste s’est donné pour objectif d’accélérer sa transformation en continuant à se diversifier. Avec pour ambition de devenir la première entreprise de services de proximité humaine, pour tous, partout et tous les jours, La Poste s’engage à simplifier la vie.

 

A propos de 42 Factory

42 Factory, jeune entreprise innovante créée en 2015, propose les micro-capteurs AtmoTrack pouvant être installés sur des véhicules, des bâtiments et du mobilier urbain. Les micro-capteurs « Made in France » AtmoTrack embarquent une gamme inédite et complète de technologies de mesure de la qualité de l’air (PM 10 – 2,5 – 1) mais également du NO2, de la température et de l’humidité (testées lors du challenge AIRLAB organisé par Airparif). Depuis 2017, ces micro-capteurs ont été mis en place éprouvés aussi bien en condition de monitoring urbain pour des collectivités que pour de la surveillance de sites sensibles. En constante évolution, la société continue d’innover sur les capteurs avec l’intégration de nouveaux polluants comme par exemple le NH3.

 

Contacts presse

Région Île-de-France :

Eléonore Flacelière  06 64 82 77 04 – eleonoreflaceliere@iledefrance.fr

Geoptis – Le Groupe La Poste :

Perrine Landry : 01 55 44 22 39  / 06 84 36 27 76 – perrine.landry@laposte.fr

Airparif :

Service Communication –  06 24 01 44 08 communication@airparif.fr

Print Friendly, PDF & Email
Signaler un contenu

Laisser un commentaire

No Banner to display