No Banner to display

No Banner to display

Natural Solutions associe numérique et préservation de l’environnement

Catégorie: Dossier : Voyage au pays des géo-innovations, Entreprises, Environnement, Recherche

Portrait d’innovateurs

Formé à l’informatique à Dublin, celui qui est aujourd’hui le PDG de Natural Solutions a commencé sa carrière dans différentes start-ups puis chez Microsoft en Irlande. Il a ensuite passé plusieurs années dans le désert marocain à s’intéresser à l’outarde houbara, grâce à un programme de recherche financé par les Émirats Arabes Unis. Car Olivier Rovellotti est avant tout un militant qui souhaite mettre l’énergie du numérique au service de la biodiversité et de l’environnement : « Qui connaît mieux, préserve mieux » insiste-t-il.

« Diriger une entreprise, c’est faire le deuil de la technique, devenir un chef d’orchestre, tout en sachant que certains des musiciens feront parfois des fausses notes » analyse Olivier Rovellotti, fondateur de Natural Solutions. Pour endosser cette nouvelle posture, il ne faut pas hésiter à s’entourer de conseils professionnels.

« Diriger une entreprise, c’est faire le deuil de la technique, devenir un chef d’orchestre, tout en sachant que certains des musiciens feront parfois des fausses notes » analyse Olivier Rovellotti, fondateur de Natural Solutions. Pour endosser cette nouvelle posture, il ne faut pas hésiter à s’entourer de conseils professionnels.

En 2008, de retour dans sa ville natale de Marseille, il décide de monter une entreprise. Avec son statut de jeune entreprise innovante obtenu en 2011, il recrute une chercheuse pour aller plus loin dans le traitement des données, le web sémantique. Mais percer est difficile, surtout dans un milieu plutôt « low tech », qui préfère le carnet de terrain façon Moleskine aux smartphones. Les applications que développe Natural Solutions font pourtant leur chemin : aide à la saisie de données, écoBalade touristique, kit pour les sciences participatives, tableaux de bord divers… Après avoir séduit quelques petits bureaux d’études, l’entreprise travaille désormais pour le Muséum d’histoire naturelle, les parcs, les collectivités…

Même si Natural Solutions a bénéficié des prêts d’Oseo (aujourd’hui BPIfrance Financement) et du soutien de la région, elle a préféré s’installer en centre-ville plutôt que dans l’un des incubateurs de la périphérie marseillaise, aux bilans carbone peu reluisants. « On a essayé de se rapprocher un peu des pôles de compétitivité, mais il n’y a pas grand chose dans le domaine de la biodiversité » regrette Olivier Rovellotti. Méfiant vis-à-vis des business angels qu’il a vus à l’œuvre en Irlande, il mise sur une croissance naturelle, basée sur les prestations de service et la réponse aux besoins de ses clients. L’entreprise se présente avant tout comme une agence Web au service de l’environnement. Tous ses développements sont publiés en open source. L’équipe s’est mise progressivement aux SIG, aux bases de données géographiques et aux interfaces cartographiques. Mais pour proposer des services qui n’existent pas encore, il faut bien inventer, tester… « Nous avons tout un processus en interne pour valider ou invalider les développements. Rien ne se fait du jour au lendemain, analyse Olivier Rovellotti. Une bonne idée doit toujours être confrontée au marché. Il faut que quelqu’un soit prêt à payer pour que ce soit une innovation ! »

À lire dans ce dossier

Print Friendly, PDF & Email
Signaler un contenu

Laisser un commentaire

No Banner to display

No Banner to display