No Banner to display

No Banner to display

N’oubliez pas les daltoniens

Catégorie: Cartographie, Données, Dossier : Géomatique et handicap, Logiciels, Recherche, Utilisateurs

Reproduction d’un article paru en octobre 2011 dans SIG La Lettre n° 130

Les déficients visuels de la couleur, communément appelés daltoniens, représentent 8 % de la population masculine et 0,5 % de la population féminine en Occident. À l’heure où la cartographie mise avant tout sur la couleur, ils ont bien du mal à lire les nombreuses cartes qui leur sont proposées. Comment mieux les prendre en compte ? C’est tout l’objet de la thèse de Francis Dhée, qui sera soutenue à l’IGN (ENSG – laboratoire COGIT) au printemps prochain.

Les femmes ont certes la réputation de ne pas savoir lire une carte, mais n’oublions pas que plus d’un homme sur douze a, lui aussi, de grandes difficultés. D’accord, en ce qui concerne ces messieurs, ce n’est pas une « question de cerveau », c’est un problème de cônes insensibles (généralement au vert et plus rarement au rouge) et c’est essentiellement génétique !

Francis Dhée, cartographe formé à l’IGN, enseignant à l’ENSG et spécialiste de la sémiologie graphique a décidé de consacrer une thèse à cette question afin de mieux comprendre la perception des cartes par les daltoniens et d’étudier des solutions simples d’amélioration. Il a élaboré un questionnaire, à base d’éléments graphiques très calibrés et de questions semi-directives (150 questions, passées en revue au cours d’un entretien d’environ 1 h 30) qu’il a soumis à 46 daltoniens et 10 trichromates normaux (vision normale des couleurs), tous volontaires et non rémunérés.

Une vision intellectuelle de la couleur

« Tout d’abord, le test et les commentaires oraux permettent de montrer qu’un daltonien, selon son degré de déficience, va réfléchir à la couleur plutôt que la voir. L’utilisation de la couleur pour un daltonien est une construction mentale plutôt qu’une vision instinctive et évidente. Il ne fera la démarche de lire la carte que s’il pense qu’elle peut aboutir, sinon, il lira la carte, au mieux, en monochrome, explique le chercheur. Il va par exemple s’appuyer sur la forme pour distinguer les différents objets géographiques. Ainsi, même s’il ne différencie pas les couleurs entre une zone industrielle et un lac, entre une rivière et une route… les formes peuvent l’aider à faire la distinction. »

WEB-daltoniens-cercle-fd-simple - trichro

Le cercle chromatique vu par un trichromate (vision normale) et par un daltonien (document Francis Dhée)

Le cercle chromatique vu par un trichromate (vision normale) et par un daltonien (document Francis Dhée)

Focus sur la carte topographique

Une grande partie du travail de Francis Dhée porte sur la lecture de la carte topographique de l’IGN (série Top25). Comment est-elle perçue par les daltoniens ? Qu’est-ce qui pose problème ? Comment l’améliorer ? Si la carte est généralement bien perçue (le vocabulaire utilisé est globalement positif), elle pose plusieurs problèmes de confusion et de difficultés d’identification. En effet, le bleu utilisé pour les étendues d’eau est souvent confondu avec le rose. De même, les linéaires fins (haies, courbes de niveaux, chemins, chemins de randonnée) sont mal différenciés. Quant aux symboles magenta (tennis, campings…), ils se confondent souvent avec le fond. Plutôt que de réformer complètement la carte topographique, Francis Dhée propose quelques ajustements simples, qui ne modifieraient que très légèrement la chaîne de production (abaisser ou relever les pourcentages de cyan, magenta ou jaune dans certaines couleurs afin de permettre une meilleure discrimination, espacer quelques symboles utilisés en remplissage de zones, dessiner les haies en pointillés…). Ces propositions, bien accueillies, sont en train d’être étudiées par les responsables de la production.

Conseils utiles aux géomaticiens

Même s’il s’est concentré sur la cartographie de l’Institut et les cartes sur papier, les observations de Francis Dhée peuvent aider les géomaticiens et les autres producteurs de cartes à améliorer leurs produits. Nous lui avons demandé quelques conseils facilement applicables par nos lecteurs.

Ne pas multiplier les couleurs. Pour un daltonien, Corine Land Cover ou une quelconque carte d’occupation du sol, c’est tout simplement l’horreur ! Se limiter à un ou deux tons pour chaque couleur, quitte à appliquer des poncifs (motifs répétés tels que bois, marais…) pour renforcer l’identification de tel ou tel thème.

Éviter les teintes trop pâles. Les couleurs pâles (autour de 15 % ou en deçà) sont encore plus difficiles à différencier que celles qui sont plus saturées (jusqu’à 50 à 60 % en CYMK*).

Éviter les cartes thématiques à double gamme chromatique, notamment vert/rouge. Les cartes exploitant une double gamme, allant dans les verts dans un sens et dans les rouges dans l’autre (voir exemple) sont particulièrement difficiles à lire. S’il faut absolument une double gamme, mieux vaut utiliser le bleu pour l’une des deux gammes.

WEB-daltoninen-USA2

Une carte avec une double gamme chromatique construite en quelques clics sur Internet (Geoclip) puis vue par un daltonien

Une carte avec une double gamme chromatique construite en quelques clics sur Internet (Geoclip) puis vue par un daltonien

Placer la légende au plus près de la carte. Même pour des cartes simples, rapprocher la légende de la carte permet aux daltoniens de repérer plus rapidement des différences à peine perceptibles.

Ne pas multiplier les linéaires fins de couleurs différentes. Utiliser plutôt des pointillés, des tirets pour différencier différents types de linéaires.

Faire appel aux outils disponibles. S’il n’existe aucune aide pour les daltoniens directement intégrée dans les outils SIG, quelques produits peuvent vous aider à concevoir des cartes mieux adaptées. Vischeck (http://www.vischeck.com/) permet d’appliquer un filtre sur une image pour voir comment elle sera perçue par différents types de daltoniens. Daltonize, accessible sur le même site, permet de corriger les couleurs d’une image pour qu’elles soient mieux perçues par les daltoniens. Quant à Color Brewer (http://colorbrewer2.org/), il permet de vérifier si une gamme colorée est adaptée ou non à la vision des daltoniens.

Le sujet peut paraître anodin, mais c’est loin d’être le cas, car garantir l’accès aux données (et donc aux cartes qui permettent de les présenter), veut également dire que des déficients visuels n’auront pas de problème de compréhension. Les cartes de vigilance météo, les cartes de risques… doivent être claires pour tout le monde. C’est en tout cas ce à quoi travaille le ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement qui s’est déjà rapproché de Francis Dhée. Et vous ? Pensez-vous assez aux daltoniens ?

 

 

Qu’en disait Bertin ?
Jacques Bertin, auteur de La Sémiologie graphique, bible des cartographes, n’était pas en faveur de la couleur. Parmi les nombreux arguments avancés (n’oublions pas que son ouvrage a été publié dans les années soixante, voir SIG La Lettre n°129 de septembre 2011) : les difficultés de lecture pour les déficients visuels :
« Indépendamment de son coût élevé, lorsqu’il s’agit d’édition, la couleur se heurte à deux inconvénients majeurs :
Les anomalies de la perception chromatique (daltonisme). Ces anomalies sont plus fréquentes qu’on ne le croit généralement. Elles deviennent graves pour ceux qui utilisent le document graphique comme instrument de travail. Le daltonien pallie cet inconvénient en recherchant, souvent inconsciemment, des signaux de remplacement qui lui permettent de rétablir la signification du message. Il importe que le dessin les lui fournisse.
La diffusion réduite… » (page 91)

 

À lire dans ce dossier

Print Friendly, PDF & Email
Signaler un contenu

Laisser un commentaire

No Banner to display

No Banner to display