No Banner to display

No Banner to display

Quand les Lidars embarquent sur les drones

| 19 février 2018

Catégorie: 3D, A l'actu, Cartographie, Entreprises, Imagerie, Matériel/GPS

413 mots, environ 2 minutes de lecture

Alors que les Lidar* aéroportés font la une de l’actualité en permettant de découvrir une cité Maya enfouie sous la forêt équatoriale, des modèles plus petits, montés sur drone, étaient présentés à l’International Lidar Mapping Forum qui s’est tenu début février à Denver au Colorado. Delair et YellowScan, deux entreprises françaises y ont lancé de nouveaux modèles.

Chez Delair, une aile fixe de grande autonomie

Le DTX-26 de Delair

Le DTX-26 de Delair

Les Français ne sont pas en reste sur le front des Lidar montés sur drones. Ainsi, le Toulousain Delair a profité du rassemblement annuel des spécialistes pour présenter son nouveau drone DT26X LIDAR. Couplé à une caméra RGB, le Lidar RIEGL multi-échos peut acquérir jusqu’à 70 points par m2 (500 000 pulsations par seconde) avec une précision absolue de 5 cm. Résistant aux vents (jusqu’à 36 km/h), ce drone à aile fixe se déplace à une vitesse de 60 km/h et peut voler jusqu’à 120 mètres d’altitude. Seul drone habilité à voler hors vue, il dispose d’une capacité de communication allant jusqu’à 30 km, ce qui lui permet d’envoyer ses données directement au sol au cours de la mission. Il a une autonomie de 110 minutes et pèse 17 kg. C’est donc une véritable alternative aux missions aériennes que propose Delair.

Un Lidar léger chez YellowScan

Le Surveyor Ultra de YellowScan

Le Surveyor Ultra de YellowScan

Face à RIEGL, Yellowscan, société basée dans la région de Montpellier, proposait elle aussi un nouveau Lidar adapté aux drones, le YellowScan Surveyor Ultra. Ce dernier associe un capteur Velodyne (VLP32C) à une centrale inertielle Applanix (UMI APX-15). Ici aussi, la précision annoncée est de 5 cm avec 600 000 pulsations par seconde. L’autonomie est moindre (72 minutes) et le nombre d’échos est plus limité (deux au lieu des cinq annoncés par Delair), mais les performances globales de mission seront également liées au drone sur lequel le Surveyor Ultra sera monté.

La possibilité d’intégrer des Lidar légers sur des drones adaptés aux missions de longue portée, pourrait renforcer leur utilisation dans les relevés de vastes surfaces ou de structures linéaires et ouvrir de nouveaux domaines d’utilisation notamment en forêt. Car les nuages de points 3D, désormais rapidement mis en forme grâce aux suites logicielles, sont de plus en plus appréciés des utilisateurs. Reste à savoir quels opérateurs vont s’équiper de ces nouvelles têtes chercheuses pour proposer leurs services.

 

* Lidar : les capteurs Lidar envoient un faisceau laser. Le temps que met le rayon à être renvoyé au capteur (l’écho), permet de mesurer la distance aux objets touchés.

Print Friendly, PDF & Email

Tags: ,

Signaler un contenu

Les commentaires sont fermés

No Banner to display

No Banner to display