Webmapping : un site national sur l’artificialisation des sols

| 9 juillet 2019

Catégorie: A l'actu, Données, Environnement, Institutions, Open Data, Secteur public, WebMapping

Pour « fêter » le plan national de la biodiversité, le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire (MTES) lance un site web sur l’artificialisation des sols.

Le 4 juillet 2019, la France soufflait la première bougie de son Plan Biodiversité, se félicitant des actions réalisées (9 sur 90) et lancées (95 %) dans un dossier de presse dédié. À cette occasion, deux grandes actions ont été annoncées : un appel à projet pour les territoires littoraux face au changement climatique doté d’un million d’euros et le lancement d’un nouveau site web : https://artificialisation.biodiversitetousvivants.fr.

Ce sont les ministères de l’agriculture et de l’alimentation (MAA) et le MTES (DGALN et CGDD) qui en ont assuré la maîtrise d’ouvrage, tandis que la réalisation a été confiée à l’IGN, au Cerema et à Irstea. Le site recense une partie de la bibliographie sur la mesure de l’artificialisation des sols, propose différents jeux de données utiles à son étude (occupation des sols notamment) ainsi qu’une base nationale de mesure de l’artificialisation à l’échelle communale, librement téléchargeable (fichier Shape) et consultable en partie grâce à une interface cartographique.

Mesure annuelle depuis 2009

Grâce à une méthodologie mise au point au Cerema à partir des fichiers fonciers, les surfaces consommées chaque année depuis 2009 sont calculées, et détaillées en fonction de leur destination (habitat, activités ou mixte). Un certain nombre de données de cadrage sont également proposées liées à la population, ce qui permet de rapporter cette artificialisation aux ménages et aux emplois. Au total, le fichier de base ne comporte pas moins de 57 variables par commune. Cet outil de connaissance utile qui ne demande qu’à être complété sera-t-il suffisant pour atteindre le « zéro artificialisation nette » souhaité par le gouvernement ? Va-t-il accélérer la prise en compte de cette question dans les documents d’urbanisme ? Il serait intéressant de pouvoir mesurer l’impact d’un tel dispositif de connaissance face aux enjeux de perte de surface agricole et de biodiversité.

 

 

Imprimer cet article Imprimer cet article
Signaler un contenu

Les commentaires sont fermés

No Banner to display

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Accept Cookies
x