Esri France : Trente ans et pas près de céder la place

| 15 octobre 2018

Catégorie: 3D, A l'actu, Entreprises, Logiciels, Marché

Pour son trentième anniversaire, Esri France s’est offert une conférence utilisateurs imposante. En faisant de l’information géographie un produit de consommation courante au service d’un monde meilleur, l’éditeur historique y montre sa capacité à se renouveler.

photo Vincent Krieger

photo Vincent Krieger

Une fois de plus, la conférence des utilisateurs francophones organisée par Esri France fut un succès. 2 500 participants, quelque deux cents conférences utilisateurs, quatre concours richement dotés, une cinquantaine de stands, une salle de classe, un spectacle, des grands témoins inspirants… Esri s’impose en leader des systèmes d’information géographique et s’approprie avec aisance l’acronyme SIG, devenu le nom de son rendez-vous annuel.

Le robot ménager de l’information géographique ?

Pourtant, l’entreprise vise bien au de-là des SIG « classiques » symbolisés par ARC/INFO, dont la première version est née aux États-Unis il y a près de cinquante ans. Avec son slogan « the science of where », elle entend fournir des briques technologiques à tous les métiers qui ont besoin de savoir où ça se passe. Même si ArcGIS Pro, lointain héritier d’ARC/INFO, reste le fer de lance de la gamme, c’est désormais sous forme de géoservices divers et variés que se consomme l’information géographique (voir notre article ici) : Ainsi, RTE guide ses opérateurs et leurs partenaires vers les pylônes à réparer lors d’incidents tandis que le port du Havre sait quels sont les quais les plus sollicités ou les bateaux qui dépassent la vitesse règlementaire. Certes, la succession des démonstrations donne parfois le tournis. Mais force est de constater que la gamme ArcGIS est désormais capable d’aborder de nombreuses problématiques : de la conception 3D (merci les accords avec Autodesk) à la géolocalisation en passant par l’exploration du big data et les portails open data. Le syndrome du robot ménager n’est peut-être pas loin, comme le chuchote une utilisatrice de longue date au détour d’une conférence : On peut tout faire, mais a-t-on besoin de tout ? Une fois rentré à la maison, est-ce que ce sera aussi simple que sur la scène ?

Une communauté « au cœur du monde »

Pour continuer à s’imposer, Esri mise également sur un fort sentiment de communauté. À SIG 2018, les « géo geeks » en rose parlent aux « géo geeks » venus de toute la France et de la francophonie. Tout le monde partage une même vision du monde où la préservation de la biodiversité que défend Allain Bougrain Dubourg ne rivalise qu’avec les leçons de vie de Philippe Croizon, qui a bouleversé l’auditoire. Quand Nespresso prend la parole, c’est pour expliquer comment le roi du café en capsules d’aluminium fait la promotion de l’agroforesterie et chez RTE, le SIG se met au service de la survie des aigles de Bonelli. Fier de son E initial (rappelons qu’ESRI est l’abréviation de Environemental Systems Research Institute), Esri réussit à garder une image sympathique dans une ambiance festive malgré sa réussite commerciale internationale et une position qui peut parfois paraître hégémonique.

Construire en 24h un outil de sensibilisation au problème de la mobilité et de l’accessibilité, tel était le défi posé à six jeunes étudiants, soutenus par Philippe Croizon, grand témoin qui ne connaît que trop bien les enjeux de la question. Bravo à Maeva et Thomas, les lauréats, mais également à Elise, Anne-Laure, Ahissé et Julie. (photo Vincent Krieger)

Construire en 24h un outil de sensibilisation au problème de la mobilité et de l’accessibilité, tel était le défi posé à six jeunes étudiants, soutenus par Philippe Croizon, grand témoin qui ne connaît que trop bien les enjeux de la question. Bravo à Maeva et Thomas, les lauréats, mais également à Elise, Anne-Laure, Ahissé et Julie. (photo Vincent Krieger)

Gamme étendue et ancrée dans les technologies du jour, communauté d’utilisateurs soudée autour des grands enjeux du monde… Esri s’est fait une place unique dans le paysage de l’information géographique. Si aujourd’hui ses concurrents sont nombreux, aucun ne propose une offre aussi complète ni ne s’appuie sur une confrérie de clients aussi soudée. Une « confrésrie » indétrônable ?

À lire également :

Imprimer cet article Imprimer cet article

Tags: ,

Signaler un contenu

Les commentaires sont fermés

No Banner to display

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Accept Cookies
x