Lancement d’Open Cities à Saint-Louis au Sénégal

| 16 juillet 2018

Catégorie: A l'actu, Cartographie, Contrats, Données, Environnement, Open Data, Réseaux/Transports, Sécurité/défense

L’utilisation d’OpenStreetMap dans la réponse aux catastrophes majeures est désormais bien installée. Avec le programme Open Cities, la Banque Mondiale mise également sur la cartographie participative pour développer la prévention et la culture du risque. Début de projet à Saint-Louis au Sénégal.

Saint-Louis, particulièrement concernée par les risques majeurs !

Saint-Louis, particulièrement concernée par les risques majeurs !

Après une première liste de villes en Asie dès 2012, c’est désormais vers le continent Africain que se tourne la Banque Mondiale pour favoriser l’open data et l’utilisation de la cartographie collaborative dans la prévention des risques majeurs. Des projets sur une dizaine de villes ont été sélectionnés parmi lesquelles Saint-Louis au Sénégal, prise entre risques d’inondations et de submersion marine.

Partenariat et volontariat

Open Cities Saint-Louis démarre aujourd’hui, piloté par Immergis et Best, un consultant Sénégalais, en partenariat avec l’université Gaston Berger et l’agence de développement communal de la ville. L’idée est d’encourager les collaborations entre société civile, entreprises privées et collectivités, autour de la constitution d’outils de connaissance des risques. « Nous avons surtout un rôle de pilotage et de coordination, explique Vincent Lecamus, directeur général d’Immergis, qui suit personnellement l’opération. Dans un premier temps nous allons voir avec nos partenaires comment récupérer des données sur l’hydrologie et l’altimétrie pour alimenter OSM. Ensuite, nous travaillerons à l’acquisition des données manquantes. » Plusieurs techniques seront utilisées, dont la création d’une orthophotographie par drone, mais surtout la collecte de terrain avec une équipe d’une vingtaine d’étudiantes et d’étudiants en géographie, qui auront un module OSM à leur programme l’an prochain. Grâce à l’encadrement de l’université et aux outils OSM, ce noyau de base, en lien avec la communauté OSM déjà très vivace dans le pays assurera une bonne partie de l’enrichissement d’une base accessible à tous couvrant l’ensemble des thèmes concernés : infrastructures, urbanisme, milieux aquatiques, environnement, etc.

« Nous avons également remporté Open Cities Pointe-Noire, avec notre succursale Camerounaise, toujours en partenariat avec l’Université » complète Vincent Lecamus, qui se tourne de plus en plus vers le continent africain pour développer ses activités en ingénierie géomatique, au-delà des vues immersives dans le domaine routier qui l’ont fait connaître en France.

Imprimer cet article Imprimer cet article
Signaler un contenu

Les commentaires sont fermés

No Banner to display

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Accept Cookies
x