Néogéographie et gamification des SIG

| 30 novembre 2015

Catégorie: 3D, Communiqués, Entreprises, Grand public, Marché, Utilisateurs

 Une tribune écrite par Martin Gregory, General Manager, 1Spatial Asia Pacific

Avez-vous jamais pris le temps de regarder ce que vos enfants font sur Minecraft ? Nous nous soucions que nos enfants pratiquent des activités en plein air, profitent du soleil, communiquent avec leurs amis dans la vie réelle et ne soient pas rivés à leur écran d’ordinateur. Mais peut-être sont-ils en train d’apprendre quelque chose d’intéressant et de partager des idées passionnantes ? J’ai été étonnamment surpris, quand je me suis intéressé de plus près à Minecraft, que les jeunes soient à ce point concernés et impliqués par le monde virtuel 3D.

Minecraft, pour les non-initiés, ressemble à du lego digital. Il permet de construire rapidement des mondes dans lesquels les jeunes peuvent entrer en contact avec leurs amis, explorer les univers des autres, vivre de multiples aventures et prendre soin d’animaux rencontrés en chemin. Il y a même des méchants qui sont capables de se téléporter d’un endroit à l’autre. Tout ceci paraît très amusant, mais quel est le lien, me direz-vous, avec les SIG ? Quel est son potentiel de développement ? Il doit y en avoir un : Microsoft a payé 2,5 milliards de dollars pour acheter Mojang, le concepteur de Minecraft, en septembre dernier.

Le monde spatial est-il touché par le monde du jeu ? Ou, pour le dire autrement, le monde spatial subit-il une ludification ? Bien que ce lien puisse paraître étonnant, des projets passionnants ont déjà vu le jour. Cela signifie que nous nous trouvons face à une nouvelle génération, les néogéographes, qui sont déjà impliqués et confiants dans les informations ayant trait à la localisation. Cette évolution pourrait aider le secteur, peut-être plus traditionnel, de la géographie, de la cartographie et des SIG à lancer et à développer de nouvelles applications.

Minecraft est leader dans ce secteur. Il permet à un large public, allant des plus jeunes aux seniors, de développer des structures complexes : des propriétés individuelles à l’ensemble du monde extérieur. Nous pouvons même commencer à explorer le monde intérieur et entrer dans le royaume de la Modélisation des Données du Bâtiment (Building Information Modelling – BIM) en dessinant et gérant des espaces internes.

Les projets les plus intéressants ont vu le jour en Europe. Ordnance Survey en Grande-Bretagne a notamment mis au point un projet de réaménagement de son produit OpenData en vue de créer un monde Minecraft de tout le pays. Le projet couvre un peu plus de 222 000 km² et utilise 22 milliards de blocs Minecraft. L’objectif principal d’Ordnance Survey est d’entrer en relation avec un nouveau type d’utilisateur et en même temps d’encourager les innovations liées à l’OpenData.

Le Danemark a développé un projet très similaire visant à mobiliser les personnes en matière d’éducation. Le pays a été recréé en termes de routes, d’immeubles et de modèles altimétriques afin de proposer un Danemark virtuel où les joueurs peuvent explorer leurs propres zones résidentielles et également démolir et construire de nouvelles structures.

Les Suédois ont, eux, pris leurs ensembles de données nationales, gardé l’infrastructure et les objets physiques, mais ils ont retiré tous leurs immeubles. Les gens ont été invités à enregistrer un terrain à bâtir dans un monde virtuel et à créer de nouvelles structures conformément à ce qu’ils souhaitaient voir ériger à cet endroit. Ce projet a suscité un grand intérêt : 45 000 personnes ont répondu à l’appel.

La science citoyenne est également présente dans le secteur spatial grâce à des services tels que TomNod. Récemment, pas moins de 16 500 personnes ont pu apporter leur contribution aux opérations de secours au Népal en collectant des modifications de données. Il n’est pas étonnant dès lors que les Nations Unies considèrent ces développements avec attention. Ainsi, un ambitieux projet a été conçu en vue d’améliorer 300 espaces publics dans des pays en voie de développement. Ce projet implique des jeunes gens dans la planification d’espaces publics urbains dans le but de promouvoir des villes et des cités durables.

Minecraft est l’outil parfait pour faciliter la réalisation de ces objectifs. Les décharges autour des immeubles constituent un exemple intéressant : Minecraft a permis de modéliser rapidement ces espaces afin de permettre à chacun de proposer de nouveaux agencements. Bien souvent, les idées et les plans proviennent des enfants, qui ne sont pas limités par ce qui est traditionnellement envisagé, et qui créent ainsi de nouvelles possibilités.

Chez 1Spatial, nous percevons le potentiel de Minecraft en tant qu’instrument collaboratif de saisie des contributions  de la collectivité. Nous avons joué avec une nouvelle fonctionnalité du produit FME de Safe Software qui vous permet de prendre des données spatiales – voire même des ensembles de données à un niveau national tels que ceux constitués par Ordnance Survey Great Britain, le Danemark et la Suède – et d’alimenter un monde Minecraft. De la même façon, FME pourrait intégrer les contributions des néogéographes dans un SIG, un système de gestion des infrastructures ou un ensemble de plans numériques.

Enfin, à Brisbane, en Australie, la principale organisation commerciale représentant l’industrie spatiale, SIBA, est en train de réfléchir à la façon dont la gamification (ou ludification) pourrait devenir une méthode d’apprentissage innovante permettant d’introduire de nouveaux concepts éducatifs à l’égard de la jeune génération et visant à les encourager à se diriger vers des carrières dans les domaines de l’urbanisme, de la logistique, du transport, de la conception ou de la construction.

Cela signifie-t-il que le spatial n’est plus spécial ? Ou cela signifie-t-il que des personnes provenant d’horizons et d’environnements divers peuvent dorénavant être directement ou indirectement impliquées dans la cartographie sous une forme ou sous une autre ? Minecraft touche à peu près 125 millions de joueurs dans le monde, dont de nombreux jeunes en train d’acquérir des compétences de pointe en 3D.

Cette nouvelle technologie de modélisation, de concert avec la gamification des SIG, pourrait constituer la force de travail de demain. Notre industrie bénéficierait de retombées extrêmement positives si seulement 1% de cette population la rejoignait. Le secteur de l’information géolocalisée pourrait être sur le point d’entrer dans une nouvelle ère.

À propos de 1Spatial
1Spatial fournit des solutions logicielles et des services qui permettent de gérer les big data géospatiales les plus importantes au monde. Nous travaillons avec les utilisateurs et les créateurs des plus grandes bases de données spatiales existantes, et nous les aidons à collecter, gérer, planifier, maintenir, publier et interpréter l’information géolocalisée.

Parmi nos clients, nous comptons des agences de cartographie et du cadastre, des sociétés d’utilité publique et de télécommunication, et des organismes gouvernementaux, en ce compris des services d’urgence, des départements de la défense et des bureaux de recensement.

Acteur majeur dans nos secteurs d’activités, nous bénéficions de plus de 45 années d’expérience et sommes en recherche constante d’innovation et de développement. Aujourd’hui, notre monde étant de plus en plus dépendant de données spatiales précises, notre expertise n’a jamais été aussi indispensable.

Pour obtenir plus d’informations, consultez notre site Internet www.1spatial.com

Contacts presse
La Nouvelle Agence
Yasmina Madafi / yasmina@lanouvelle-agence.com / +33 6 81 27 12 26
Marlène Machuron / marlene@lanouvelle-agence.com / +33 1 83 81 71 42

FacebookTwitterGoogle+PinterestLinkedInTumblrViadeo
Imprimer cet article Imprimer cet article
Signaler un contenu

Les commentaires sont fermés

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Accept Cookies
x