EcoCrimeMap : Une carte participative sur les crimes environnementaux made in France

| 24 janvier 2020 | 0 commentaire

Catégorie: Données, Environnement, Institutions, Les cartes du mois, WebMapping

Geosmine.org propose une carte des crimes environnementaux à compléter, baptisée EcoCrimeMap !

EcoCrimeMapPour l’instant, cette carte mondiale interactive et collaborative des crimes environnementaux paraît bien vide, malgré une bonne centaine de contributions validées et publiées. Lancée il y a à peine deux mois lors de la fondation de Géosmine, association française de lutte contre ces crimes, EcoCrimeMap® est là pour fournir aux victimes et aux témoins une plateforme simple de partage. « Mais nous ne sommes pas des lanceurs d’alertes, prévient Arthur Paré, l’initiateur de la démarche. Nous concevons la carte avant tout comme un outil de recherche, qui va nous servir à comprendre comment cette nouvelle criminalité est organisée, ses modes opératoires. » Il faut dire que le fondateur de Géosmine connaît bien le sujet, puisqu’il a d’abord mené des enquêtes dans le cadre d’Ethra, une entreprise privée qu’il a co-fondé en 2017, également dédiée à la mobilisation de l’intelligence économique dans la lutte contre les crimes environnementaux transnationaux. Entre enquêtes de terrain et analyse de données, Arthur Paré a décidé de mettre son savoir-faire au service de ses convictions, avec l’aide de juristes et quelques bénévoles.

EcoCrimeMap

Des dépôts d’ordures illégaux au massacre des requins en passant par la vente illégale d’animaux et l’exploitation d’enfants dans les mines… les crimes mentionnés EcoCrimeMap® de Géosmine, descriptions et photos à l’appui, ont des ampleurs et des natures très différentes. Mais ils font tous l’objet d’une vérification avant leur publication.

Une ONG bien outillée

La toute jeune ONG s’est appuyée sur les outils en ligne d’esri pour produire sa carte, ayant bénéficié d’une licence pour les associations à but non lucratif. D’ici six mois, elle va proposer une application mobile de signalement, exploitable hors ligne, pour faciliter le recueil de témoignage. Et d’ici un an, elle espère avoir récolté assez de matière pour produire ses premiers rapports d’analyse sur les similitudes entre les trafics de drogue et d’animaux.

Print Friendly, PDF & Email
Signaler un contenu

Laisser un commentaire

No Banner to display

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Accept Cookies
x