Vers une géologie détaillée en 3D

| 14 octobre 2013 | 2 commentaires

Catégorie: 3D, A l'actu, Cartographie, Données, Environnement, Institutions, Open Data

Référentiel géologique de France, tel est le nom du nouveau projet du BRGM qui prend le relais de la carte géologique au 1/50 000. Il s’agit désormais de compléter et d’harmoniser l’ensemble des connaissances géologiques détaillées sur le territoire en trois dimensions. Un chantier qui pourrait bien prendre trente ans.

Grâce à un premier démonstrateur sur les Vosges et le fossé rhénan, le BRGM a montré fin juin à quoi va ressembler sa nouvelle génération de référentiel géologique. Cartes géologiques, logs, données des forages pétroliers et géothermiques, données sismiques et gravimétriques… Toutes les connaissances sur la géologie sont rassemblées dans un modèle de données unique et visualisable sous différentes formes, plus ou moins détaillées. « Nous avons commencé par le fossé rhénan car c’est une région pour laquelle nous avions déjà beaucoup de données, grâce notamment au projet européen GeORG, qui nous a permis d’étudier le potentiel géologique profond, explique Jean-Claude Guillaneau, directeur des géoressources au BRGM. Les eaux souterraines étaient bien connues et les cartes géologiques y sont récentes. Le démonstrateur a pu être réalisé en un an. »

Vue 3D de la plaine d’Alsace (© BRGM D. Rambourg)

Vue 3D de la plaine d’Alsace (© BRGM D. Rambourg)

Un projet titanesque

À moyens constants (environ dix millions d’euros par an sont prévus), il faudra trente ans pour couvrir la France avec une telle précision, comme ce fut le cas pour constituer les 1 064 feuilles de la carte géologique détaillée de l’Hexagone. Sous l’égide d’un conseil scientifique élargi, chaque chantier rassemblera autour de la table les producteurs de données, les scientifiques et les agents du BRGM, voire les collectivités locales qui le souhaitent pour inventorier, acquérir les données manquantes, harmoniser et valider les données. Des thésards seront accueillis pour étudier certaines problématiques spécifiques. Une plateforme collaborative permettra à chacun d’enrichir la base de données, selon un modèle harmonisé capable d’intégrer les spécificités régionales. « Si nous parvenons à dégager des moyens supplémentaires, grâce à des partenariats locaux, nous pourrons accélérer le rythme et traiter deux chantiers en parallèle » précise Jean-Claude Guillaneau

À terme, l’ensemble des données ainsi mises en cohérence seront librement accessibles (données brutes comme modélisations synthétiques) grâce à un outil de gestion et de diffusion, qui héritera des compétences acquises avec InfoTerre. Des services pourraient également être alimentés. Prochain chantier : les Pyrénées, qui sera lancé en novembre et devrait prendre cinq ans.

Print Friendly, PDF & Email
Signaler un contenu

Commentaires (2)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Communiqué de presse dit :

    a priori non. en tous cas, je n’ai pas cette information…

  2. rosemary.guillemot07027600 dit :

    Bonjour,
    sait on déjà quel sera l’outil de gestion et de diffusion choisi pour l’héritier de Infoterre?

Laisser un commentaire

No Banner to display