Inondations : question de mémoire

| 17 octobre 2014 | 0 commentaire

Catégorie: A l'actu, Données, Environnement, Utilisateurs

La législation restrictive qui est de mise dans l’hexagone est-elle la meilleure solution pour limiter les risques majeurs, qu’ils soient dits naturels ou technologiques ?

Les différentes plaques qui marquent le niveau des crues au pont de Watergate, près de la cathédrale de Worcester, la plus haute date de 1770. © Copyright Philip Halling

Les différentes plaques qui marquent le niveau des crues au pont de Watergate, près de la cathédrale de Worcester, la plus haute date de 1770. © Copyright Philip Halling

Les églises d’Europe regorgent d’ex-voto qui relatent les événements anciens et permettent à tout un chacun de ne pas les oublier. Les Britanniques et les Allemands ont également choisi de valoriser les événements passés. Ils ont reconstitué l’histoire des risques et n’hésitent pas à installer de grandes plaques, comme autant de repères visuels au cœur du tissu urbain. Les visites pédagogiques sont également courantes afin de sensibiliser les jeunes générations. « En 1962 à Hambourg, une crue de l’Elbe a fait plusieurs centaines de victimes et submergé 20 % de la ville. Des plaques montrent les différents niveaux du fleuve depuis le XVIIe siècle. Même si aucun règlement n’interdit la construction dans les zones les plus touchées, personne ne songe à y faire construire quoi que ce soit, tant la mémoire du risque est vivante » rapporte Emmanuel Garnier, historien du climat et membre du conseil scientifique de l’Association française pour la prévention des catastrophes naturelles.

Imprimer cet article Imprimer cet article
Signaler un contenu

Laisser un commentaire

No Banner to display

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Accept Cookies
x